This website requires JavaScript.

Azay-le-Rideau et les petits pâtés de Paris

Détail | BUFO88 / CC-BY-SA
Château de la Loire Château Guerre de Cent Ans Massacre Incendie Château d'Azay-le-Rideau

Jean sans Peur avait pris la ville de Tours en 1417 et y avait installé une garnison bourguignonne.

Un an plus tard, le dauphin Charles (pas encore Charles VII) galope à fond de train à Tours pour tenter de reprendre ladite place.

Manque de pot ! C'est un fiasco...

La queue entre les jambes, Charles rejoint Chinon en passant par Azay-le-Rideau.

Là, les soldats le voient passer du haut des remparts.

Ils se mettent à crier, en faisant un clin d’œil aux massacres de Paris entre Armagnacs et Bourguignons : « Voilà les restes des petits pâtés de Paris ! »

La riposte est sanglante : le capitaine et toute sa garnison se font exécuter.

Jouvenel dit que le capitaine eut la tête tranchée et que les 300 hommes « qui n'étaient que brigands » sont pendus, sans oublier les femmes et les enfants...

La ville d'Azay se fait réduire en cendres. Et jusqu'au XVIe s, elle s'appelait... Azay-le-Brulé.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !