This website requires JavaScript.

Assézat, le capitoul qui l'a échappé belle

La cour | Raphael.crochet / CC-BY-SA
Guerres de Religion Hôtel particulier Nicolas Bachelier Hôtel Assézat

Pierre Assézat fait construire cette belle maison pour signer sa réussite sociale.

En effet, le sieur est un riche marchand de pastels, un capitoul (habitant élu pour le conseil municipal, à Toulouse)... et le seigneur de Dussède !

On doit sa réalisation à l'architecte Nicolas Bachelier, qui s'est inspiré de la cour du Louvre, à Paris.

En 1555, les 2 ailes aux 3 ordres sont bien avancées, ainsi que la tour carrée.

On allait compléter la cour intérieure par les 2 autres ailes correspondantes, lorsque surviennent les guerres de Religion : on suspend alors les travaux...

En 1560, tous les capitouls, dont Assézat, se convertissent au protestantisme.

Mauvaise idée, par les temps qui courent !

Le Parlement les fait arrêter la même année, les condamnant :

  • au « bannissement perpétuel » ;
  • à « 100 000 livres d'amende »
  • à la confiscation de tous leurs biens ;
  • à la privation de leur noblesse avec destruction de leurs armoiries sur leurs maisons.


Oulà, on ne rigole plus...

Assézat quant à lui se retrouve condamné à mort, puis gracié : ayant obtenu le pardon du roi, il se convertit au catholicisme en 1572.

Il récupère son hôtel mais ne poursuit pas l'édification des 2 ailes.

Oui, cette affaire a considérablement ruiné notre homme, vous vous en doutez...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !