Voyou, empoisonneuse : les Polignac sur leur rocher

Vinaigrette 0
Le château - ©Laurent Gouteyron / CC-BY-SA Le château - ©Laurent Gouteyron / CC-BY-SA
Château de La Voûte-Polignac Château Brigandage

Héracle, sacré roi des montagnes !

C’est la famille la plus puissante d’Auvergne qui s'installe à La Voûte dès le IXe siècle : les Polignac. Ils y possèdent une forteresse dominant la Loire, qui s‛agrandit et s’embellit au fil des siècles. Une belle résidence d’été, où on s’adonne aux plaisirs de la chasse...

Y’a de sacrés énergumènes, chez les Polignac, oulà : tenez, on commence avec Héracle de Polignac, le « roi des montagnes ». Cruel, vilain, pillant et ravageant toute la région, le roi finit par le choper et le condamne à s’amender un cierge à la main, corde au cou devant le porche de l'église de Saint-Julien de Brioude... avant de violemment se flageller devant une foule médusée.

Gros quadrilatère flanqué de tours, Lavoûte devient à l’époque de la Renaissance un lieu de fêtes, où le châtelain Armand XVI de Polignac reçoit entre autre François Ier en 1536.

En 1661 naît au château Melchior de Polignac, futur cardinal et évêque d’Auch, négociateur du traité d’Utrecht, qui met fin à la guerre de succession d’Espagne. Il a aussi succédé à Bossuet à l’Académie Française...

Histoires de bonnes femmes

On a voulu empoisonner Mme de La Vallière, la favorite de Louis XIV ! Deux dames de Lavoûte se retrouvent compromises dans l’histoire : Jacqueline de Grimoard du Roure, femme du vicomte de Polignac Armand XIX et sa belle-fille Marie-Armande de Rambures, dame d’honneur de la dauphine de Bavière, femme du fils de Louis XIV.

La première se fait dégager en exil à La Voûte : et dire qu’on l’accusait aussi d’avoir empoisonné son mari ... hé, hé, même pas mort, Armand ! Et la seconde ? Idem, exil à Lavoûte, après que le fils du roi soit tombé amoureux d’elle... Une histoire de fesses qui n’a pas plu au roi !


Et encore !