Villon dans le cul-de-basse-fosse de Meung, au pain sec et à l’eau

Vinaigrette 0
Villon - ©Public domain Villon - ©Public domain
Château de Meung-sur-Loire Château Emprisonnement François Villon

Le château a vu défiler d'illustres personnages... qui ? Jeanne d'Arc, François Ier... et François Villon ! L'auteur de la Ballade des Dames du temps jadis, qui mène alors une vie dissolue, se fait emprisonner dans les geôles de Meung... Enfermé dans un cul-de-basse-fosse, nourri au pain rassis et à l'eau ! Libertin, débauché, un peu voyou sur les bords, Villon se retrouve au hasard des chemins dans la région d'Orléans.

Il y fait les 400 coups et on l'arrête. Direction les prisons du château de Meung ! Aïe, les temps sont rudes : François se fait torturer et condamner à mort par l'évêque d'Orléans Jacques Thibault d'Aussigny... Le poète qu'il est fera des allusions à son passage par les geôles de Meung dans son Grand Testament :

« En l'an trentième de mon âge, Que toutes mes hontes j'ai eues, Ne du tout fol, ne du tout sage, Nonobstant maintes peines eues, Lesquelles j'ai toutes reçues Sous la main Thibault d'Aussigny. L'évêque il est, bénissant les rues, Qu'il soit le mien je le renie. Monseigneur n'est, ni mon évêque. Sous lui ne tiens, si n'est en friche. Foi ne lui doit, ni hommage avec, Je ne suis son serf ni sa biche.

Repu m'a d'une petite miche Et de froide eau, tout un été. Large ou étroit, moult me fut chiche. Tel lui soit Dieu qu'il m'a été. Dieu Merci et Jacques Thibault Qui tant d'eau froide m'a fait boire ; En un bas lieu, non pas en haut, Manger d'angoisse mainte poire, Enferré Quand j'en ai mémoire, je prie pour lui ».

Villon a eu chaud aux fesses : le roi Louis XI, de passage à Meung en juillet 1461, le fait sortir de prison... Vous pourrez d'ailleurs les visiter, ces geôles, ainsi qu'une trentaine de pièces meublées !


Et encore !