Une chute dans les ténèbres humides : la légende du puits de Cordes-sur-Ciel

Vinaigrette 0
Cordes, les halles, le puits et sa croix - ©MOSSOT / CC-BY Cordes, les halles, le puits et sa croix - ©MOSSOT / CC-BY
Cité médiévale de Cordes-sur-Ciel Cité médiévale Cathare Légende

Hurlements d’horreur. Une chute. Les ténèbres glacées qui vous happent. Puis, plus rien... Un cauchemar !

Vous les voyez, cette croix et ce puits, sous les halles de Cordes ? Jolis oui, mais... ils cachent une histoire bien sinistre. Enfin, juste une légende, paraît-il... Ca tombe bien, nous, on aime bien les légendes !

Une visite qui ne fait pas plaisir... et c'est le drame

1233. Trois frères dominicains de Toulouse débarquent à Cordes. Des inquisiteurs dépêchés ici, pour enquêter et interroger les hérétiques de l’époque qui pullulent dans le coin : les cathares.

Oui, les cathares viennent nombreux se réfugier à Cordes, surtout après la destruction de leurs villages voisins par Simon de Montfort, pendant la croisade des Albigeois.

Mais les Cordais ne l’entendent pas de cette oreille, surtout quand les inquisiteurs condamnent l’un des leurs à mort, pour hérésie : ils massacrent les trois intrus... et les foutent dans le puits !

Un puits sans fond !

Résultat ? Les habitants de Cordes se font excommunier par le pape Jean XXI... jusqu’en 1321 ! Pfiou, 88 ans, quand même.

A cette date, les consuls de la ville, tête nue et à genoux, demandent le pardon aux nouveaux inquisiteurs de Toulouse, venus tout spécialement à Cordes-sur-Ciel. Ces derniers leur disent simplement de fermer le puits en y plaçant la croix qu’on voit toujours aujourd’hui.

Le puits, on l’avait construit dès la création de la bastide. Bien utile en cas de siège ! On le rouvre en 1826, on y descend, mais on a jamais pu atteindre le fond...


Et encore !