Un petit trésor, la villa palladienne de Syam

Vinaigrette 0
La villa - ©Arnaud 25 / CC-BY-SA La villa - ©Arnaud 25 / CC-BY-SA
Villa palladienne de Syam Maison

Une dynastie, les Jobez


Nous sommes en pleine Franche-Comté et pourtant, voilà une villa « néo-palladienne » ! Le palladianisme ? Un style architectural originaire d'Italie, initié par Andrea Palladio à la Renaissance. Mais qui se cache donc derrière cette curiosité ? Emmanuel Jobez. Sa famille, maîtres des forges de père en fils, possède une usine à Syam. Claude Jobez, son père, est le fondateur de la dynastie qui a développé la métallurgie dans la région : il achète en 1810 le martinet de Syam pour y installer une usine qui transformera la fonte. Sur le domaine, Claude fait construire une maison au tout début du XIXe s sur les plans du bisontin Denis-Philibert Lapret.

La villa voit le jour !


Mais notre villa, c'est en 1826 qu'elle voit le jour, avec Emmanuel, maire du village de Morez et député du Jura. La maison de son père ne lui convient pas, il veut la sienne ! Emmanuel demande les plans de sa future villa à Champonnois : le chantier prend 2 ans, entre 1826 et 1828. Comme le veut le palladianisme, les constructions ressemblent à des temples romains, avec des pièces réparties autour d'un espace central. Tout à fait le cas de Syam ! Au centre de ce carré de 3 étages de couleur orangé avec des pilastres blancs, on a une rotonde éclairée par une verrière qui distribue les pièces. Une rotonde qui permettait d'organiser de grandes soirées musicales !

Une forge dans la tourmente


Malheureusement, Emmanuel meurt d'un accident de cheval en 1828, juste au moment où s'achèvent les travaux... Longtemps inhabitée, la villa est restaurée vers 1860 : Alphonse Jobez, maire de Syam, s'y installe. A la toute fin du XIXe s, celui-ci fait restaurer les communs et redessiner le parc. Des hommes bien impliqués dans la vie politique de leur pays, ces Jobez ! On n'oubliera pas de préciser qu'ils se soucient beaucoup du bien-être de leurs ouvriers : Alphonse met en place un grand plan social, avec système de retraite, etc. Et l'usine, pendant ce temps ? Et bien, avec la concurrence des fontes anglaises au milieu du XIXe s, l'usine rencontre des difficultés, vous imaginez. Mais ne capitule pas : les forges de Syam fonctionnent toujours aujourd'hui !


Et encore !