Tournois de poésies et festins pour Charles d'Orléans

Vinaigrette 0
Charles d'Orléans - ©the lost gallery / CC-BY Charles d'Orléans - ©the lost gallery / CC-BY
Château de Blois Château Château de la Loire Festivités Charles d'Orléans

De la poésie, que diable !

A la toute fin du XIVe s, le comté de Blois passe au frère du roi Charles VI, le duc d'Orléans. Son fils Charles est fait prisonnier à la bataille d'Azincourt. Même Jeanne d'Arc qui disait qu'elle irait le chercher, ne bouge pas le petit doigt ! Du coup, Charles reste 25 ans enfermé dans la sinistre tour de Londres. Shakespeare lui fait même référence dans son Henry V...

Avant ça, Charles avait eu le temps d'aménager à Blois une luxueuse bibliothèque garnie des précieux manuscrits de son père... parce que Charles, c'est un poète ! Il écrit beaucoup en prison, tout nostalgique de ses bords de Loire :

« En regardant vers le pays de France, un jour m'advint, à Douvres sur la mer, qu'il me souvint de la douce plaisance. »

On mange, on s'amuse

Charles se fait libérer à l'âge de 50 ans... Il épouse la jeune Marie de Clèves (15 ans !) et finit ses jours à Blois au milieu d'une cour raffinée où les arts sont à la fête. On organise des concours de poésies, de vraies joutes verbales endiablées. Le but ?

Composer des poèmes sur des thèmes donnés, comme « Je meurs de soif près de la fontaine »... Charles y participe aux côtés de ses amis le poète Villon, le roi René, Pierre de Brézé... Pour vous donner un petit goût des talents de Charles, voilà un de ses poèmes, probablement écrit de retour de prison :

« En tirant d'Orléans à Blois, L’autre jour par eaue venoie. Si rencontrai, par plusieurs fois, Vaisseaux, ainsi que je passoie, Qui cingloient leur droite voie Et alloient légèrement, Pour ce qu’eurent, comme veoie, À plaisir et à gré, le vent. »

Et quand Charles ne poétise pas, il s'occupe de son biau châtiau. On apprend dans La vie de Charles d'Orléans par Pierre Champion que Charles collectionne des objets étranges : entre autre, des « oiseaux de Chypre », petites cages en forme d'oiseaux où on mettait des sachets odorants pour parfumer les pièces...


Et encore !