Sur les pas de Guilhem d'Aquitaine à l'abbaye de Gellone

Vinaigrette 0
L'abbaye - ©Nicolas Jantel / CC-BY-SA L'abbaye - ©Nicolas Jantel / CC-BY-SA
Abbaye de Gellone Abbaye Bénédictin

Guilhem dans son désert ? Il s'agit du petit-fils de Charles Martel !

Le mythique fondateur de l'abbaye de Gellone.

De Guilhem d'Aquitaine à saint Guilhem de Gellone

Un parent du roi

Guilhem naît vers 755. On l’élève à la cour du roi, aux côtés des jeunes princes.

Son oncle se trouve en fait être le roi des Francs Pépin le Bref, et son cousin, le futur empereur Charlemagne !

Le nez ratiboisé !

On l’aime bien, Guilhem ! Il est brave comme tout, très doué pour le combat.

Ca tombe bien ! Car en 768, Charlemagne débarque au pouvoir. Guilhem devient un de ses plus fidèles capitaines.

Il conquiert l'Aquitaine, devient prince d'Orange.

Guilhem devient alors le héros d’une célèbre chanson de geste médiévale, Guillaume d’Orange.

Il s’y fait surnommer le « petit marquis au court nez », rapport à une vilaine blessure reçue au combat contre un sarrasin, qui lui a ratiboisé le nez...

Une retraite bien méritée à Gellone

Guilhem prend sa retraite à 48 ans, usé. Sa femme chérie, sa tendre moitié disparue, à quoi bon ? Le pauvre veuf veut se retirer de ce monde devenu soudain si fadasse.

Et c’est en passant un jour dans la région qu’il tombe sur ce « désert », ce val de Gellone, cet endroit silencieux, si paisible... parfait !

Lui qui voulait fonder un monastère, ça tombe bien.

La fondation date de 804. Charlemagne lui donne une relique de la Vraie Croix, et Guilhem se consacre tout entier au développement de son abbaye.

Des traces visibles de Guilhem

Guilhem finit par s'éteindre paisiblement dans son monastère, un jour de l'an 812.

On l’enterre dans l’abbatiale : oui, l'église abbatiale actuelle, le seul vestige de l’abbaye, aujourd’hui...

On y voit à l’intérieur le reliquaire de Guilhem et la crypte où on l’a inhumé.

Oh, sans oublier son sarcophage supposé, dans les vestiges du cloître.

Guilhem devient saint Guilhem de Gellone, après sa canonisation en 1066 : du coup, l’abbaye devient un centre important de pèlerinage.

Sur les pas de Guilhem au val de Gellone

Suivons Guilhem dans ce val dit de Gellone où fut construite son abbaye. Mais pas que ! On y trouve aussi la grotte où Guilhem vécut en ermite, une chapelle et un château en ruines...

L'ermite dans sa grotte

A voir à une heure de marche de l’abbaye : ne manquez pas la grotte où se retirait saint Guilhem, en ermite.

Au-dessus, on a construit la chapelle Notre-Dame-de-Belle-Grâce ou Notre-Dame-de-Lieu-Plaisant, habitée par les moines de l’abbaye de Gellone dès le XIVe s.

La Vierge en question, du XVIIe s, se trouve aujourd’hui dans la petite église du village de Saint-Guilhem-le-Désert.

Saucisses, noix et escargots !

Le Guide de la France religieuse et mystique (éd Tchou) précise que trois pèlerinages ont lieu par an, dans la chapelle :

• le lundi de Pâques, le pèlerinage de la saucisse, célébrant un vœu de 1628 pour implorer la Vierge de sa protection contre la peste ;

• le pèlerinage des noix, le 2e dimanche d’octobre, selon le vœu de 1724 suite à une crue de l’Hérault ;

• la procession des escargots, le jeudi saint. Elle se déroule au crépuscule, à la lumière de petites lampes à huile fabriquées dans des coquilles d'escargots. Au cours de la messe, on fait bénir des pains, talismans contre la foudre...

Guilhem contre le géant

A voir aussi les ruines du château du Géant, dominant le village. Il date du XIe s, bien antérieur à l’abbaye !

La légende raconte qu’un géant monstrueux y vivait. Les gens, terrifiés, ne laissaient qu’une servante porter son eau quotidienne au géant.

Guilhem décide d’affronter le géant, se déguisant en servante avec la cruche d’eau sous le bras : il terrasse son adversaire après une lutte légendaire !


Et encore !