Saut mortel à la tour Eiffel : 9 anecdotes sur le 1er BASE jumper de l’Histoire, François Reichelt

Vinaigrette 0
François Reichelt - ©Paille/CC-BY-SA • Vue du 1er étage de la tour - ©CC0 François Reichelt - ©Paille/CC-BY-SA • Vue du 1er étage de la tour - ©CC0
Tour Eiffel Tour Accident

6 février 1912. François Reichelt, 33 ans, saute du 1er étage de la tour Eiffel et s'écrase au sol la tête la première, avec son invention, un parachute intégré.

Le sol durci par le froid glacial de ce dimanche matin pâlichon le tue sur le coup.

Aujourd’hui, ça s’appelle du BASE jump et c’est tendance. Mais parfois toujours aussi mortel...

1 – François Reichelt, le tailleur-inventeur

L'histoire de François Reichelt, c'est celle d'un tailleur, passionné d'aviation, inventeur à ses heures perdues d'un manteau-parachute.

Notre homme chauve-souris naît en 1879 en République tchèque.

Zou, il file s’installer à Paris vers 1911, francise son prénom de Franz en François et se fait tailleur pour dames au 8 rue Gaillon, près de l’Opéra.

Mais en secret, il crève d'envie d'entrer dans l'Histoire.

Comment ?

En créant un manteau-parachute pour les pilotes, à l'époque où l'aviation fait ses débuts, et où les accidents mortels sont fréquents.

2 - En quoi consiste le manteau-parachute de Reichelt ?

Voyons voir de près l'invention de not' tailleur (ça fait 2 ans qu’il bosse dessus)...

Il s'agit d'une combinaison kaki en toile caoutchoutée, fait main. Un manteau inspiré des ailes des chauves-souris... 32,50 m de superficie et 6,50 m de diamètre. Pas léger, l’engin pèse quand même 9 kg !

Du coup, l'invention du super tailleur a l'air génial : pendant la chute, son grand manteau muni d’une sorte de cheminée devait s’ouvrir sous l’effet du vent et ralentir la descente...

3 – Tous ses précédents sauts se soldent par des échecs

C'est bien, d'inventer des trucs ! Les tester, c'est mieux.

Ce que Reichelt fait chez lui, dans la cour de son immeuble, rue Gaillon. Il fout son manteau-parachute sur le dos de mannequins et hop, les balance du haut de plusieurs étages.

Mais tous ses essais se soldent par des échecs. TOUS.

Du coup, Reichelt reste hanté par une idée : si LUI le met, le manteau, il réussira son saut, c'est sûr !

Alors, tout excité, il décide de s’attaquer à plus haut qu'un immeuble. A la tour Eiffel, pourquoi pas !

4 – Reichelt hésite avant de sauter de la tour Eiffel

La préfecture de police prévenue et son testament rédigé, Reichelt se pointe devant la tour Eiffel à 8 h du mat', ce 6 février 1912.

Après s'être fait filmer et zieuter comme une bestiole curieuse par la petite foule massée sous la tour, il grimpe l’escalier qui le mène au 1er, lançant un vigoureux : « A tout à l’heure ! »

Toutes les têtes des badauds se lèvent. L’angoisse monte. Reichelt prend bientôt place sur la balustrade, jetant un œil en bas.

Comme pris d’un vertige, ou d’une hésitation, il se met à trembler. Hésite, hésite encore.

Le voilà qui se lance dans le vide. Et... le drame.

Fulgurant. Terrible. Une chute lourde, irrémédiable.

Le vêtement se déploie, voui ! Mais à cause des courants d’airs qui s’engouffrent sous la tour, la toile se rabat et s’enroule autour du corps de Reichelt.

5 – Reichelt est probablement mort avant d'avoir touché le sol

Ca y est. On vient de voir Reichelt faire le grand saut.

Aïe aïe aïe. La chute est trop rapide ! En 4 secondes, les 57 m qui le sépare du sol sont avalés. Reichelt tombe à la verticale, comme une pierre. Les jambes et la colonne vertébrale brisées. Le corps désarticulé.

On transporte un corps en lambeau au poste de police de la rue Amélie, dans le 7e arr.

Bien qu’aucune autopsie n’ait été pratiquée à l’époque, la légende veut qu’il ne meure pas des suites de l’impact au sol : une crise cardiaque le foudroie pendant la chute...

6 – Des chiffres sur le saut du siècle !!

• 57 m sépare le sol du 1er étage de la tour Eiffel (le monument, à l’époque, mesure 312 m) ;

• La chute de Reichelt ne dure que 4 secondes ;

• On relève un cratère de 20 cm de large et 30 de profondeur à l’endroit où l’impact se produit !

7 – La chute de Reichelt a été filmée en direct

La chute fait la une de tous les canards de l'époque. Siiii ! Elle a même été filmée, en prime ! De quoi définitivement  entrer dans l’Histoire...

Hé, vous avez vu, comme Reichelt hésite, avant de sauter ?

8 – Reichelt a trompé la police pour pouvoir sauter

On a accusé le préfet de Paris d’avoir pu permettre un truc aussi fou.

Sauf qu’apparemment, Reichelt leur avait raconté qu’il ferait son expérience avec un mannequin. En aucun cas il avait été question de sa personne !

9 – Reichelt est le précurseur du BASE jump

Aujourd’hui, le saut pratiqué par Reichelt s’appelle BASE jump : sport extrême consistant à sauter depuis des objets fixes, et non d’un avion. Ce qui est 6 fois plus dangereux, risques de collisions avec des éléments obligent...

Pour les plus curieux, l'acronyme BASE vient de Building, Antenna, Span bridge (« travée de pont) et Earth cliff (« relief ») avec parachute ou wingsuit (combinaison ailée).

Même si faire du BASE jump en ville est illégal, plusieurs vidéos de sauts de base jumpers depuis la tour Eiffel circulent sur le Net...

Tous ne se terminent pas bien : en 2005, un Norvégien de 31 ans se tue en sautant du 2e étage de la tour, à 115 m, en s’encastrant dans la structure du 1er étage...


Et encore !