Saint-Ours de Loches : manteau gris et ceinture divine

Vinaigrette 0
La collégiale - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA La collégiale - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Collégiale Saint-Ours de Loches Collégiale Geoffroy Grisegonelle Relique Pèlerinage

L'Ours du monastère

Saint Ours ? Oui, un apôtre natif de Cahors, qui débarque à Loches et y fonde un monastère au bord de l'Indre. Notre collégiale actuelle voit le jour au XIe s grâce au comte d'Anjou Geoffroy Grisegonelle (le père du célèbre Foulques Nerra), qui l'élève à l'emplacement de la vieille église du monastère d'Ours du Ve s.

Le sieur veut y déposer un trésor : une ceinture qu'aurait porté la Vierge, rapportée de Constantinople par l’empereur Arcadius, envoyée ensuite à Charlemagne et dont hérita Charles le Chauve...

Un talisman en lin

Geoffroy devait se battre en combat singulier, provoqué par un prince allemand du nom d'Edelth. Pourquoi ? Parce que celui-ci disait avoir ses droits sur la couronne de France ! Chose fausse, bien sûr. C'est Lothaire qui l'avait ce droit. Alors, le roi rassemble ses armées et ses comtes. Parmi eux, Geoffroy Grisegonelle. Il dit qu'il y a provocation et injures et qu'il va réparer ça sur le champ...

La reine Emma, épouse de Lothaire, donne à Geoffroy une ceinture de la Vierge qu'il doit porter sur lui pendant le combat. Une ceinture qui mesure 2 mètres environ, en lin. Une protection... efficace, puisque Geoffroy terrasse son adversaire ! Le comte reçoit la ceinture en récompense, qu'il offre à son tour à la chapelle du château de Loches.

Deux fois par an, on exposait la ceinture aux yeux de tous dans la collégiale... Révolution oblige, on planque la ceinture qui reprend sa place dans la collégiale peu après. Et vous savez quoi ? Les jeunes femmes venaient autrefois le jour de leur mariage faire bénir leur ceinture que le curé avait frottée contre celle de la Vierge...


Et encore !