Rostand à Arnaga : et au milieu coule l'eau sur les cailloux

Vinaigrette 0
La maison - ©Gentil Hibou / CC-BY-SA La maison - ©Gentil Hibou / CC-BY-SA
Villa d'Arnaga Maison

A Arnaga, on est accueilli par ces mots gravés au-dessus de la porte :

« Toi qui viens partager notre lumière blonde, salut ! Mais, si tu veux la partager longtemps, n'entre qu'avec ton cœur, n'apporte rien du monde, et ne raconte pas ce que disent les gens ! »

Ce message de bienvenue, on le doit à l'auteur dramatique et poète Edmond Rostand. Et oui, l'auteur de Cyrano de Bergerac, de l'Aiglon et de Chantecler est à l'origine de la construction de cette villa basque !

Le lieu idéal

Voilà l'histoire : nous sommes en 1900. Rostand va mal, une pneumonie le tient alité depuis un moment alors que sa pièce, L'Aiglon, triomphe. Heureusement, le docteur Grancher le soigne bien et l'envoie en convalescence sous le soleil du pays basque, à Cambo. Rostand y habite une petite villa appelée Etchégorria.

Bientôt, il tombe amoureux du pays ! Il se met même en tête de se faire construire une maison, avec des jardins à la française. Il se met à chercher le lieu idéal, et, en 1902, le voilà qui tombe sur le terrain parfait : ce sera Arraga (« eau qui coule sur les cailloux », en basque), que Rostand rebaptise Arnaga... plus poétique !

Il se met corps et âme à la réalisation de sa villa. Avec l’architecte Joseph-Albert Tournaire, il réalise les plans et même des petites maquettes, supervise les travaux, se mêle de tout ! Pour voir sortir de terre la maison de ses rêves... Rostand et sa famille s'installent à Cambo dès 1906. Les travaux de décoration intérieure ne sont pas encore finis et l'aménagement des jardins vient juste de commencer.

La belle perspective de bassins et de parterres à la française voit le jour, avec dans le fond les deux pavillons qui sont en fait les copies de ceux... de Schönbrunn ! Il faut dire que Rostand avait visité le château autrichien pour la rédaction de sa pièce L'Aiglon.

Une villa basque

L'auteur y met des chiens, des chevaux, des tas d'oiseaux, invite dans sa villa amis et famille... Arnaga brille de mille feux. Pourtant, rien ne va plus, quelque temps plus tard : sa pièce Chantecler est mal accueillie par la critique, Rostand se brouille avec son épouse, qui le laisse seul à Cambo pendant la Première Guerre...

Rostand meurt à Paris en 1918 de la grippe espagnole. Ses enfants garderont très peu de temps la villa ; la commune l'achètera en 1962 et y ouvrira le musée Edmond Rostand. Allez !

Ne manquez pas si vous passez par Cambo la visite de cette belle maison de style « néo-labourdin », typique de l'architecture balnéaire du pays basque : le grand hall, le petit salon, la bibliothèque, le cabinet de travail, la salle-à-manger sont à vous le temps d'une journée !

On peut même voir au premier une étrange salle de bains, en fait... une salle d'hydrothérapie, pour prendre des bains de vapeur ! En octobre 2012, saviez-vous que les arbres du parc d'Arnaga avait été labellisé « Arbres remarquables de France » ? Des arbres centenaires, il faut dire !


Et encore !