Quand Jeanne d'Arc débarquait au château de Vez

Vinaigrette 0
J. d'Arc, chapelle de Vez - ©Pline / CC-BY-SA J. d'Arc, chapelle de Vez - ©Pline / CC-BY-SA
Donjon de Vez Château Fortification Jeanne d’Arc Guerre de Cent Ans

Que vient faire Jeanne d'Arc, du 15 avril au 23 mai 1430, au donjon de Vez ?

Vez défend Paris

Situé à un endroit stratégique, le donjon de Vez constitue, avec les châteaux picards de Pierrefonds et de Coucy, une des lignes de défense, au nord de Paris, contre les invasions bourguignonnes, complétés par les rivières de l'Oise et de l'Aisne.

Et puis, Vez a son importance ! Elle reste la capitale du comté de Valois pendant 5 siècles !

La situation avant l'arrivée de la Pucelle ?

Mais Vez voit surtout l'arrivée de Jeanne d'Arc, qui séjourne au château du 15 avril au 23 mai 1430.

Que vient-elle faire ici ?

On est en pleine guerre de Cent Ans. Charles VII a été couronné à Reims à peine un an plus tôt, grâce à la Pucelle.

Mais là, Jeanne apprend que le duc de Bourgogne cherche à prendre Soissons et Compiègne, pour les ajouter à ses domaines de Bourgogne !

Voui, et alors ?

Alors, si le duc met la mimine sur la Picardie, fini le roi de France : celui-ci devenait un simple vassal du duc de Bourgogne... allié des Anglais.

Ni une ni deux, la Pucelle se précipite en Picardie, histoire de veiller au grain.

Jeanne à Vez

Le 15 avril 1430, Jeanne s’arrête à Vez, la forteresse étant une des clés de cette région picarde.

Elle y passe 38 jours.

Elle passe ces journées limpides de printemps à surveiller l'horizon, depuis la tour appelée depuis par son nom, et assiste à la messe dans la chapelle castrale.

Pendant tout son séjour, elle passe ses journées à arpenter la campagne, allant et venant entre Vez et Compiègne.

L'historien Gabriel Hanotaux écrit très justement qu'elle « rôdait autour de la ville, comme un chien de garde vigilant qui rassemble son troupeau. »

L'après Vez, un futur sombre...

Mais Jeanne vit des heures sombres, à Vez. Des moments de doutes terribles !

Charles VII, qu’elle avait mené au sacre, se fichait maintenant bien d’elle et de ce qui pouvait lui arriver. Elle sentait la cour hostile et jalouse.

Puis, Soissons se fait prendre par les Anglais. D’autres cités suivent. Ca sent le sapin !

Jeanne n'a plus les moyens d'autrefois, ces armées colossales et ces machines de guerres rutilantes qui lui ont maintes fois donné la victoire.

Restent Compiègne, Vez, Pierrefonds.

Jeanne galope à Compiègne. Vers sa fin.

Car le soir du 14 mai 1430, les Anglais la capturent.

Jeanne est condamnée. Ca sera la fin, le retour à Rouen. Le bûcher...


Et encore !