Pourquoi la Révolution Française s'invite au château de Vizille

Vinaigrette 0
L'entrée - ©Milky / CC-BY-SA L'entrée - ©Milky / CC-BY-SA
Château de Vizille Château Musée Révolution Française

Vous le saviez, que le château de Vizille abritait le musée de la Révolution Française ?

Mais pourquoi ce thème en particulier ?!

C’est dans ce château, qui appartient alors à l’industriel grenoblois Claude Périer, que va se dérouler la réunion des Etats-Généraux du Dauphiné, le 21 juillet 1788.

Les Etats-Généraux ?!

Bon alors. Les Etats-Généraux, késaco ?

Un mot rébarbatif, hein ? Mais non ! Allez, on va essayer de comprendre un peu mieux.

Ce nom désigne une assemblée, du temps de la monarchie en France, qui a pour but de causer d’affaires d’intérêt public, en cas de crise.

Elle réunit les 3 ordres qui compose alors la société : la noblesse, le tiers-état et le clergé (curés, etc).

• Le tiers-état, c’est au moins 95 % de la société ! Avec petite, moyenne et grande bourgeoisie, plus tous les métiers possibles et inimaginables, du chirurgien en passant par l’ouvrier...

• Le clergé, surtout le haut-clergé et ses membres issus de la noblesse, est super riche, avec tous ses biens immobiliers et ses revenus divers.

Les tuiles de Grenoble mènent à Vizille !

La réunion des Etats-Généraux du Dauphiné à Vizille, le 21 juillet 1788, suit la Journée des Tuiles, début juin 1788.

Une grave émeute qui éclate à Grenoble (où les insurgés balancent des tuiles à la tronche des soldats du roi, d’où le nom).

Grosse première grogne publique, avant juillet 1789.

Hé oui ! La Révolution n’a pas commencé en juillet 1789 : déjà, cet été torride de 1788, des signes avant-coureurs explosaient. Comme à Grenoble.

Pourquoi ? Le temps pourri, les mauvaises récoltes, le prix des denrées qui explose...

Alors, les gens râlent et demandent aux membres du parlement du Dauphiné de porter leur cahier de doléances au roi, à Versailles. Mais Louis XVI s’en fout...

C’est la goutte de trop. Et l’émeute.

Du coup, on interdit le Parlement de réunion à Grenoble. Mais le sympatoche Périer les autorise à venir se réunir dans la salle du jeu de paume de son château de Vizille !

Révolution à Vizille !

Imaginez : on a là les Etats-Généraux du Dauphiné qui se réunissent, moins de 10 mois avant les Etats-Généraux de Versailles, en mai 1789 !

Ces Etats versaillais, réunion de crise, ultime moyen pour tenter de résoudre la dette française et de calmer le peuple qui grogne. C’est la Révolution en marche...

Vizille et ses environs : description pittoresque (Auguste Bourne) raconte : le 21, dans la nuit, les délégués de la noblesse, du clergé et du tiers-état se dirigent tous ensemble vers le château, suivis par une foule immense, torches à la main.

« A 8 heures du matin, 49 membres du clergé, 159 membres de la noblesse et enfin le tiers état, représenté par 187 députés, entrent dans la salle et prennent place, sans observation de rang et de préséance. [...]

L’assemblée avait siégé pendant 16 heures, dans la salle dite du Jeu de Paume. Elle se sépara à 2 heures du matin.

Une foule de citoyens venus de Grenoble, la population entière de Vizille stationnait au pied du château.

Des flambeaux placés dans la cour éclairaient les groupes et donnaient à ce tableau un caractère d’autant plus grandiose et touchant, que l’on entrevoyait de toute part le commencement d’une lutte contre un pouvoir jusqu’alors respecté. »


Et encore !