Petite histoire du port de Saint-Tropez

Vinaigrette 0
Le port - ©François de Dijon / CC-BY-SA Le port - ©François de Dijon / CC-BY-SA
Port de Saint-Tropez Port

Une vraie carte postale qui fleure bon l'été, Saint-Tropez ! On connaît ses Gendarmes, sa jet-set, mais quid de son histoire ? Ancienne Heraclea Caccabaria, déjà à l'époque reconnue comme un port important, la petite cité devait son nom à un temple dédié à Hercule ; son nom actuel vient du saint martyr pisan Tropez ou Torpès. La ville primitive détruite par les Sarrasins, elle parvient à se reconstruire mais voilà, pas de chance, des corsaires venus d'Afrique la saccagent de nouveau au IXe siècle !

Voilà les Maures devenus maîtres de la côte : sous leur domination, la ville fait des échanges commerciaux avec les côtes d'Afrique. Une situation qui ne plaît pas beaucoup au comte d'Arles Guillaume Ier, qui assiège en 973 la côte provençale et réduit en esclavage les Sarrasins établis là. Au XIVe siècle, la ville est au cœur de la lutte entre le duc d'Anjou et Charles de Duras. Mais avec tous ces conflits, Saint-Tropez souffre et ne ressemble plus qu'à un champ de ruines !

Le roi René y fait donc venir des familles génoises pour la repeupler, en 1470, familles exemptées de tout impôt à condition qu'elles fassent revivre la ville : allez hop, on s'y met ! Reconstruction des remparts, reprise du commerce... Tout cela pour que les conflits reprennent de plus belle, au XVIe siècle : les corsaires, le duc de Savoie, Charles Quint assiègent notre ville, qui résiste aussi pendant 2 siècles à l'Espagne. Tour de force ultime : en juin 1637, Saint-Tropez force même 20 bateaux espagnols à battre en retraite après une tentative de siège ! Depuis, ce fait d'armes est célébré tous les ans en mai avec les fêtes de la Bravade...


Et encore !