Petite histoire du passage Pommeraye

Vinaigrette 0
Le passage - ©Velvet / CC-BY-SA Le passage - ©Velvet / CC-BY-SA
Passage Pommeraye Rue Quartier

Un endroit à la mode

Même Gustave Flaubert dans ses récits de voyage (Par les Champs et par les Grèves), ira y faire un tour :

« ... Nous allions dans le passage Pommeraye acheter des stores de Chine, des sandales turques ou des paniers du Nil, afin d'examiner à l'aise et de toucher avec nos mains toutes les babioles venues d'au-delà des mers, futilités splendides qui nous font rêver à d'autres mondes. »

Pommeraye, c'est le nom du jeune (et très riche) notaire qui finance la construction qui s'effectue entre 1841 et 1843.

Une construction minutieuse

La principale difficulté que rencontrent les architectes Buron et Hippolyte Durand-Gasselin reste la très forte déclivité du terrain (9 m !) qu'il faut combler. Sinon, le passage se compose de 3 galeries superposées tout en verre, avec des becs de gaz un peu partout.

Sa longueur est de 44 m sur 4 de large. On compte dès son ouverture une vingtaine de magasins ! Il relie les rues de la Fosse et de Crébillon grâce à 3 galeries : la première dite galerie de la Fosse, la plus simple.

Les deux autres brillent par leur ornementation Renaissance et cet imposant escalier de 54 marches de bronze destiné à relier les deux niveaux des rues Santeuil et de la Fosse. Dans la première galerie, regardez ! Des médaillons la décorent, des portraits de célébrités natives de Nantes ou de la région, sculptés par Guillaume Grootaers : on citera parmi eux Olivier V de Clisson, Pierre Abélard...

Grootaers, sculpteur lui aussi Nantais d'origine belge : outre le passage, on lui doit la fontaine de la place Royale à Nantes et le fronton du musée d'histoire naturelle de la ville. Fontaine sur lequel travaillera aussi Jean-Simon Voruz, célèbre fondeur suisse installé à Nantes, qui fera réaliser le Rhinocéros qui se trouve devant le musée d'Orsay, sculpté par Jacquemart...

Ici, Voruz a réalisé les fontes de l'escalier. Les statues ont été sculptées par Jean-Baptiste Debay. La galerie ouvre au public pour la première fois en juin 1843. Si elle connaît un immense succès, il en ira autrement pour son fondateur... Pommeraye finira ruiné et mourra soudainement à 44 ans.


Et encore !