Petite histoire du château du Rocher

Vinaigrette 0
Le château - ©MontdErve / Public domain Le château - ©MontdErve / Public domain
Château du Rocher Château

La construction primitive

Les extérieurs du château se visitent, et c'est tant mieux, parce que ses façades Renaissances sculptés de tant de détails sont superbes... et puis, avec un peu de chance, vous pourrez rencontrer la Dame verte du Rocher, Eléonore de Bouillé !

On trouve la première mention du fief en 1304, avec Jean Le Maire, seigneur du Rocher : à cette époque, on trouve 2 châteaux sur la paroisse, celui du Rocher et celui de Sainte-Suzanne. Puis la terre du Rocher passe par alliance aux Bouillé.

Jean de Bouillé fait reconstruire le château à la fin du XVe siècle : les constructions primitives, très austères, cèdent alors la place à 2 corps de logis à tourelles, en granit gris. Sur la cour, une fine tour polygonale abrite un escalier à vis. Mais le petit joyau de style Renaissance qu'on voit aujourd'hui, on le doit à François de Bouillé, qui hérite du château en 1512.

La Renaissance au Rocher

Ce monsieur (qui occupe la charge de grand fauconnier de France) a participé aux guerres d'Italie aux côtés de François Ier. Il a donc vu quantité de monuments Renaissance ! Séduit, il décide d'incorporer des éléments architecturaux tout droits venus d'Italie dans son château, dès 1535.

Il fait ajouter la galerie à arcades, qui relie la chapelle (construite à cette époque) et la tour d'escalier. Les châtelains ont laissé debout les façades au nord et à l'ouest, démolissant celles de l'est et du sud.

Ils font alors réaliser un vrai chef-d'œuvre, le décor de la façade avec ses fleurons, ses trophées, ses volutes délicates et les blasons de Jean de Bouillé et de sa femme Marguerite de la Jaille. Parait-il que ce sont des artisans normands qui ont réalisé ce décor, peut-être ceux qui ont travaillé à l'hôtel d'Escoville de Caen ou au château de Fontaine-Henry...

Constructions, destructions

Le château reste dans la famille de Bouillé jusqu'en 1665, date à laquelle Eléonore, notre Dame verte, le vend au duc de Roquelaure. Celui-ci le donne ensuite à sa fille, la duchesse de Foix-Candale, avant d'elle-même le céder à son frère le maréchal de Roquelaure.

Mais c'est Benoît Eynard, maître des eaux et forêts de la généralité de Tours, qui transforme le château au milieu du XVIIIe siècle. Aïe, plutôt des destructions que des transformations ! Le nouveau propriétaire démolit tous les vestiges du château médiéval primitif, comble les fossés, fait enlever toutes les boiseries peintes, les cheminées des appartements...

Il agrandit le château avec un pavillon et commence même de colossaux travaux de réaménagement du parc. Mais il meurt en 1771 avant d'avoir pu les réaliser... Les Ferronays, les Plessis d'Argentré, les Le Gonidec de Tressan, les Chavagnac se succèdent ensuite.


Et encore !