Petite histoire du château de Vaire-le-Grand

Vinaigrette 0
Le château - ©JGS25 / CC-BY-SA Le château - ©JGS25 / CC-BY-SA
Château de Vaire-le-Grand Château

Le château de Boisot...

Et oui ! Avec sa butte et le Doubs qui coule en contrebas... déjà, les Gallo-Romains avaient reconnu l'importance du site en y implantant un castrum. Au XIe siècle donc, le fief appartient à Gauthier de Vaire, avant de passer entre les mains des puissants seigneurs de Chalon-Arlay.

Mais ceux qui nous intéressent ici, ce sont les Boisot : 3 ans après que la Franche-Comté ait été annexée à la France en 1678 (le traité de Nimègue), Gabriel Boisot acquiert Vaire. Le monsieur occupe les postes de procureur général au parlement de Besançon. Son importance lui vaudra l’érection de sa terre en baronnie, en 1700 !

A cette époque, Boisot ne se contente plus de la vieille forteresse toute croulante qu'il a devant les yeux, depuis la fenêtre de la petite maison qu'il occupe en attendant, dans la cour (l'un des actuels pavillons d'entrée) : il faut reconstruire ! En plus grand, en plus beau, digne de son rang, quoi ! Car monsieur a tout de même de hautes fonctions...

Pendant que le château prend forme, Boisot s'occupe de faire aménager des jardins à la française, composés de grandes terrasses avec ifs, miroirs d'eau, vertugadins... avec le Doubs qui coule en contrebas ! Bref, Gabriel Boisot se construit un vrai petit bijou, bijou dont la construction continuera avec son fils, Jean-Antoine.

... repris par Boisot fils !

En fait, c'est celui-ci qui fera achever le château en 1717. Son père lui a légué en mourant une petite fortune et l'a fait nommer après lui premier président au parlement. Sauf qu'Antoine est très dépensier !

Des comptes rapportent qu'il se fait fabriquer une belle berline avec or, velours et broderies pour 4 000 livres, commande pour autant de victuailles et de costumes chez de grands tailleurs parisiens. Il meuble aussi son château sans compter... Bref ! Antoine est vite ruiné. En 1748, il cède Vaire aux demoiselles d'Etrabonne, de vagues parentes...

Notre beau château passera ensuite entre beaucoup de mains. Même à la société Boussac, qui le transforme un moment en centre pour colonie de vacances ! Heureusement les nouveaux propriétaires en ont pris soin, et aujourd'hui, on peut le visiter !


Et encore !