Petite histoire du château de Nuits-sur-Armançon

Vinaigrette 0
Le château - ©Neaeris / CC-BY-SA Le château - ©Neaeris / CC-BY-SA
Château de Nuits-sur-Armançon Château Accident Georges de Buffon Siège Guerre de Religion

Tirs dans la nuit noire

La terre de Nuits est mentionnée depuis le Moyen-Age. Mais le premier seigneur qui marque son histoire s'appelle Pierre de Chenu : il reçoit la terre de Nuits en 1533. Nous voilà en pleine époque Renaissance !

Ce sont son fils et son petit-fils qui construisent le château actuel, dès 1549. Il faut attendre presque 30 ans pour que le chantier se finisse : il faut dire que les temps qui courent ne se prêtent pas bien à ce genre de projet.

On est au plus fort des guerres de Religion, la région est bien ébranlée. Noyers, puis Tanlay avec ses frères Coligny sont de vraies places-fortes protestantes. Mais au château de Nuits, on est catholique !

Du coup, la famille de François de Chenu se fait assiéger à plusieurs reprises par les troupes huguenotes... d'où les traces de tir d'artillerie qu'on voit encore sur la façade !

L'inventeur du Loto !

A la fin du XVIIe s, Nuits passe à de lointains parents des Chenu, les Clugny. On retiendra le nom de Jean-Etienne de Clugny, conseiller au parlement de Bourgogne puis intendant de Saint-Domingue en 1760 et intendant de la marine en 1765. Il remplace le célèbre Turgot au poste de contrôleur général des Finances en 1776.

Le monsieur a fait une carrière éclair !... Il reste en poste quelques mois... avant sa mort brutale ! Il avait complètement chamboulé les réformes de Turgot et remis en place de vieux édits qui avantagent la noblesse. On lui doit aussi la création de la loterie Royale... ancêtre de la loterie nationale, actuel Loto !

Une mort atroce

A la Révolution, Nuits se fait vendre comme bien national. Plusieurs propriétaires se succèdent, dont la marquise de La Guiche en 1806. La dame fait dessiner le parc à l'anglaise et remanier le château par l'architecte Châtelain...

Mais elle n'en profitera pas beaucoup, notre duchesse ! La pauvre meurt de façon horrible, en 1822 : le feu d'une cheminée prend à ses vêtements. Horriblement brûlée, elle meurt au bout de deux jours d'atroces souffrances... comme le roi Stanislas à Lunéville !

Buffon s'invite

Le château conserve le souvenir de Georges-Louis Leclerc... le célèbre naturaliste Buffon ! Un Bourguignon originaire de Montbard (21) qui était lié à la famille de Clugny.

Du coup, celle-ci l'invite souvent au château : on dit qu'il a écrit dans le parc de Nuits une partie des 6 volumes de son Histoire naturelle... On y conserve en tout cas une table dite de Buffon !

On visite quoi ?

A l’extérieur, on remarque les communs du tout début du XVIIIe s qui abritaient les écuries et le chenil. Dans le château, l'étage cache de belles cheminées Renaissance aux armes des Chenu : 3 hures de sanglier et des artichauts !

Ensuite, on découvre une salle à manger avec de chaudes boiseries en chêne et une chambre Empire flanquée de son parquet marqueté, d'époque ! Mais aussi le cabinet de Buffon, la salle de billard... sans oublier la prison !

Le sous-sol abrite de belles salles voûtées, dont la cuisine munie d'un puits : eh oui, le château a été construit pendant les guerres de Religion, il fallait donc pouvoir se réfugier au sous-sol en cas d'attaques ! Et soutenir un siège en ayant un peu de provisions et d'eau potable, c'est mieux...


Et encore !