Petite histoire du château de Lusignan

Vinaigrette 0
Château, maison de Tourisme - ©Havang(nl) / CC0 Château, maison de Tourisme - ©Havang(nl) / CC0
Château de Lusignan Château

Fief de la famille du même nom, Lusignan conserve partout le souvenir de la fée Mélusine, ancêtre présumée de cette puissante lignée... Au cœur de cette paisible petite commune, dirigez-vous vers la promenade dite de Blossac : de hauts murs la longent... oui, vous vous trouvez maintenant sur l'emplacement du vieux château ! On ne trouve que peu de vestiges de cette vaste forteresse médiévale (dont on attribue la construction à la fée Mélusine), seulement des fondations.

On a du mal à s'imaginer l'importance et la beauté de cet impressionnant château... Brantôme rapporte même que Charles Quint, en visite en France, s'arrête à Lusignan « pour la délectation de la chasse aux daims qui étaient là-dedans, un des plus beaux et anciens parcs de France, à très grand foison, qu’il ne put que louer et admirer la beauté, la grandeur et le chef-d'œuvre de cette maison. »

On attribue donc la construction du château à Mélusine, mais en fait, ce serait plutôt Hugues II de Lusignan... Bref ! Que lui est-il arrivé ? Hé bien, démantelé sur ordre d'Henri III en 1586, il sera entièrement rasé par le comte de Blossac, intendant de la généralité de Poitiers, au XVIIIe siècle : une promenade plantée d'arbres, avec vue sur la vallée de la Vonne, est ensuite aménagée. Vous apercevez l'office du Tourisme, maintenant, sur la place du Bail ?

Hé bien, ce bâtiment est un des restes du château, cette partie ayant été fortifiée par Vauban. Pourtant, au Moyen-Age, la forteresse semble imprenable : les sièges s'y succèdent et les ennemis s'y cassent le nez ! Il faut dire que les puissants bastions, les fortes tours, les profonds fossés ont de quoi intimider ! Durant les guerres de religion, l'amiral de Coligny l’assiège en 1569, puis les Catholiques suivis des Protestants en 1574. Finalement... le duc de Montpensier reprendra la place un an plus tard et la fera démanteler.


Et encore !