Petite histoire du château de Lavison

Vinaigrette 0
Le château - ©Henry Salomé / CC-BY-SA Le château - ©Henry Salomé / CC-BY-SA
Château de Lavison Château Guerre de Cent Ans

Les Anglais à Lavison

Chambres d'hôtes, visite du château, vignoble réputé... ça bouge, à Lavison ! Sur sa petite colline entourée de verdure et de vignes, le château était autrefois, ne vous étonnez pas... la demeure des rois d'Angleterre ! Et oui, pendant la guerre de Cent Ans, ce sont même eux qui font construire l'actuelle forteresse.

Damned ! Enfin, diantre plutôt ! Avant cela pourtant, le fief appartenait depuis plusieurs siècles au prieuré de La Réole. Mais à cette époque, pas encore de château : juste un simple petit donjon qui verra le jour au XIIIe siècle grâce à Bertrand de Ladils.

Petit donjon oui, mais grande seigneurie, que Bertrand sera obligé de céder à ceux qui sont devenus maîtres de la région, les Anglais ! L'affaire se passe en 1272. Voilà comment les rois d'Angleterre font construire la forteresse de Lavison, dès le XIVe siècle ; c'est le Prince Noir, fiston du roi Edouard III, qui s'en occupe. Il en aurait même fait son rendez-vous de chasse favori...

Mais quand sonne la fin de la guerre de Cent Ans, voilà les Anglais contraints de rendre le fief à la Couronne et de déguerpir rapidement de l'Aquitaine ! Lavison passe donc au royaume de France, puis les propriétaires se succèdent : les Malet au XVIe siècle, les Lavie un siècle plus tard, les Laveyssière au XVIIIe siècle.

Donjon et pigeons

Alors, de quoi se compose Lavison ? D'un donjon carré de 2 étages, qui relie le corps de logis que vous reconnaîtrez facilement avec son haut toit. Celui-ci abrite un étage aux murs épais, avec deux façades radicalement différentes : côté cour, de larges fenêtres à meneaux. Côté extérieur, la rigueur médiévale est de mise... pas d'ouvertures !

Au XVIe siècle, on aménage des appartements plus modernes, desservis par un escalier à vis. On construit aussi un colombier dans la cour, abritant 2 000 pigeons ! Et oui, car on sait que le nombre de nids de pigeons correspondait aux hectares de terres que le seigneur possédait...


Et encore !