Petite histoire du château de la Grange

Vinaigrette 0
Le château - ©P. Morel / CC-BY-SA Le château - ©P. Morel / CC-BY-SA
Château de la Grange Château

Temps de guerres


Le château tel qu'on le voit aujourd'hui est de style classique, oui, mais ses origines remontent à bien plus longtemps que ça ! Effectivement, la première mention date environ de l'an 1000, époque à laquelle on trouve une forteresse dépendante des comtes de Luxembourg. Plusieurs familles, dont les La Grange, se succèdent au château. Mais la guerre de Trente Ans le ruine au XVIIe siècle, notamment avec le siège de Thionville, qui se trouve à quelques kilomètres de là. Heureusement, le traité des Pyrénées en 1659 annexera la région de Thionville à la Couronne et ramènera le calme !

Le temps des embellissements


La Grange est vendue en 1701 à François-Brice Gomé des Hazards, conseiller au parlement de Metz. Voilà l'ère des embellissements qui commence ! Il fait reconstruire le château sur les ruines fumantes de la vieille forteresse dès 1731. On dit souvent que l'architecte Robert de Cotte a dessiné les plans du nouveau château ! On retrouve sa patte dans ce corps de logis avec ses 2 ailes saillantes sur les côtés, de style purement classique... Et puis, il a à cette époque beaucoup construit dans la région lorraine ! De Cotte ou pas, Gomé dépense sans compter pour sa belle demeure... et se ruine ! Il vend donc son château en 1752 au marquis de Fouquet René-François.

Guerre et paix


La Révolution approchant, sentant le vent tourner, les Fouquet émigrent en Allemagne à la Révolution et retrouvent la Grange en 1803. Autre époque, autre trouble... L'annexion de la Lorraine à l'Allemagne provoque bien des conflits et force le propriétaire à se défaire de son château pour un temps... Il le rachètera en 1918 après le retour de la Lorraine à la France ! Saccagé sous l'occupation allemande de la Seconde Guerre, La Grange, aujourd'hui remeublé et restauré, n'attend plus que vous pour la visite ! Un jardin contemporain planté de buis et de lys vous surprendra...


Et encore !