Petite histoire du château de Châteaugay

Vinaigrette 0
Chateaugay - ©GaMip / CC-BY-SA Chateaugay - ©GaMip / CC-BY-SA
Château de Châteaugay Château Homicide Pierre de Giac Sorcellerie

Le fief des Giac


A l'assassin !


Tout avait bien commencé pourtant... On a la première mention de Châteaugay au début du XIIIe siècle : la terre s'appelle alors Vigosche et appartient à la famille du même nom. Jusqu'à ce que Gaillarde de Vigosche épouse Jean de Giac et fasse entrer le château dans cette famille. Leur fils, Pierre de Giac, va faire construire le château actuel auquel il donne le nom de Châteaugay.

Pierre, trésorier des ducs de Bourgogne puis des ducs de Berry et aussi conseiller du roi Charles VI, n'est autre que le grand-père de l'autre Pierre de Giac, le terrible assassin de sa femme Jeanne de Naillac !

Les serfs se cassent le dos


L’aïeul fait construire une toute nouvelle forteresse sur l'emplacement du vieux château, qu'il bâtisse Châteaugay. Le puissant château, assis sur une butte qui domine la Limagne, doit servir avec d'autres forteresses à défendre la ville de Riom. Et pour ça, rien de mieux qu'un puissant dispositif défensif ! Un profond ravin d'un côté, des fossés de l'autre, pas moins de 4 ponts-levis à la suite assurent la défense de la forteresse. Sans compter le gros donjon carré de 4 étages et sa grande muraille d'enceinte avec 2 tours de guet !

Et vous savez quoi ? Châteaugay a été entièrement construit en pierre de lave de Volvic avec des pierres amenées directement des montagnes alentours par les serfs !

Un château auvergnat


Bref... Après le terrible Pierre de Giac, le château passe à un des fils de sa femme Jeanne de Naillac, Louis. Il n'a pas d'enfant. C'est donc sa sœur Louise qui reprend le domaine et le fait entrer dans la famille de La Queuille lors de son mariage avec Jacques de La Queuille. Cette famille gardera Châteaugay jusqu'à la Révolution ! Entre temps, la seigneurie se fait ériger en marquisat au XVIIe siècle.

A la Révolution, le marquis Jean-Claude-Marie La Queuille fait partie des Etats Généraux de 1789 : il y représente l'Auvergne. Il a à ses côtés un autre Auvergnat d’origine, La Fayette ! Les deux hommes vont d'ailleurs se rencontrer au château pour parler réformes et idées révolutionnaires.

Sauf que les idées nouvelles de la Révolution, La Queuille va les laisser tomber... Il finira par s'exiler et laisse son château aux mains des révolutionnaires qui comblent les douves et se mettent à détruire les tours... Châteaugay dans la tourmente ! Ou plutôt devrait-on dire Bel-Air, puisque c'est son nouveau nom en 1793...

La forteresse finit quand même par se faire classer aux Monuments historiques alors que la ruine le guette. Sauvée ! La mairie de Châteaugay en est l'actuel propriétaire et propose des manifestations culturelles. Au rez-de-chaussée, on déguste les vins des vignes de Châteaugay, dont raffolait Henri IV !


Et encore !