Petite histoire du château de Blandy-les-Tours

Vinaigrette 0
Le château - ©P.poschadel / CC-BY-SA Le château - ©P.poschadel / CC-BY-SA
Château de Blandy-les-Tours Château

Nous sommes au XIVe siècle. Paris et l'Ile-de-France sont menacés de tout côté : à l'ouest par les Anglais, à l'est par les Bourguignons. Diantre, comme dirait l'autre ! Charles V décide donc de faire fortifier le Louvre et la Bastille, mais demande aussi à ses seigneurs de faire de même avec leurs châteaux : ce que fait aussitôt Jean II de Chailly, comte de Tancarvile, avec son château de Blandy. Reconstruit de 1371 à 1388, celui-ci devient une importante forteresse d'une centaine de mètres sur 60 de large, flanquée de 5 tours, succédant au petit corps de logis et à la chapelle aujourd'hui disparue.

Allons faire un tour d'horizon ! Ici, le donjon, haut de 35 mètres, avec ses murs de 3 mètres d'épaisseur ; ici, la tour des Archives ; puis la tour de Justice, abritant les cachots et une oubliette ; enfin, la tour des Gardes. La seule entrée du château est protégée par un pont-levis. Mais revenons à notre historique... L'héritière de Blandy se nomme Marie d'Harcourt. Ah ! Je sais que vous la connaissez ! Si, c'est l'épouse de Jean Dunois, le célèbre bâtard d'Orléans, connu comme le compagnon d'armes de Jeanne d'Arc...

Au XVIe siècle, les Orléans-Longueville transforment notre château en demeure d'agrément : ils surmontent les tours de toits en poivrière, remanient les bâtiments... de grandes constructions Renaissance coupent maintenant la cour en deux, joignant la tour des Gardes à celle de la Justice. Ces travaux seront les derniers ! Oui, le XVIIIe siècle se montre bien dur avec Blandy : en 1707, le maréchal de Villars acquiert les terres pour agrandir son domaine de Vaux-le-Vicomte et néglige la forteresse. En 1730, il la confie à un fermier... qui en fait une exploitation agricole ! Le château subit alors de grandes dégradations et restera une ferme jusqu'en 1914. Le département de la Seine-et-Marne le rachète en 1992 et le restaure peu à peu.


Et encore !