Petite histoire des remparts d'Orléans

Vinaigrette 0
Un bout du rempart - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Un bout du rempart - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Remparts d'Orléans Fortification

En faisant le tour de la cathédrale, je tombe sur ce qui ressemble à des remparts... mais oui ! Voici les derniers vestiges gallo-romains de la seconde enceinte juste là, au pied de la cathédrale ! Regardez. La partie inférieure du rempart, constituée d'une alternance de briques et de pierres, est typique de la période gallo-romaine. La partie supérieure, refaite au Moyen-Age, présente une suite de pierres blanches. Laissez-moi maintenant vous parler un peu plus de ces remparts...

La première enceinte remonte au temps de la domination romaine. A cette époque, elle couvre 25 ha. En ce qui concerne la deuxième enceinte, il existait près d'Orléans, à l'ouest, un bourg appelé Avenum. En raison de querelles entre Orléans et Avenum, on réunit le bourg et la ville vers 1300. Au XIVe siècle, cette deuxième enceinte couvre 37 ha.

La troisième enceinte, maintenant... Louis XI, ayant marié sa fille au duc d'Orléans, se prend d'affection pour la ville d'Orléans. Le roi manifeste alors une dévotion soudaine à Saint-Aignan et entreprend de reconstruire l'église déjà présente dédiée au saint. Afin de mettre ce bâtiment à l'abri, il ordonne aux habitants de fortifier leur ville de ce côté ; en 1466 s'élève alors la porte de la Tour-Neuve et les murs d'enceinte sont prolongés jusqu'à l'endroit où se trouve depuis le fort d'Alleaume. Fin XVe siècle, l'enceinte couvre alors 60 ha !

Quatrième enceinte : dans cet état, la ville d'Orléans est irrégulière et Louis, duc d'Orléans, décide de rendre la ville plus uniforme. Les travaux débutent en 1486. Au XVIe siècle (1557), la construction d'une longue muraille donne à la ville la forme des grands boulevards que l'on connaît aujourd'hui.


Et encore !