Petite histoire des arènes de Nîmes

Vinaigrette 0
Les arènes - ©Petri Krohn / CC-BY-SA Les arènes - ©Petri Krohn / CC-BY-SA
Arènes de Nîmes Gallo-romain

Si je vous dis Nîmes, vous me répondez... ses arènes ! Oui ! Construites à la fin du Ier siècle de notre ère, elles sont magnifiques, pas vrai ? A l'époque de la domination romaine, l’amphithéâtre sert aux combats de gladiateurs. Imaginez un peu sa décoration grandiose ! On trouvait là des bas-reliefs sur chaque arcade du premier étage, représentant entre autre les jeux du cirque, une louve allaitant Rémus et Romulus, des phallus montés sur 2 pattes de bouc : euh oui, la représentation du dieu Pan ! Mais lors de l'invasion des Wisigoths au début du Ve siècle, les jeux sont suspendus : le théâtre perd son utilité... Le climat nîmois doit être bien agréable, puisque nos Barbares restent là jusqu'en 508 !

Heureusement, les Francs menés par Clovis les chassent. Tous ? Non ! Ceux d'entre eux qui restent entourent les arènes d'un grand fossé pour en faire une forteresse, appelée castrum arenarum, construisant des maisons à l'intérieur pour loger les soldats. Du côté de la porte orientale, ils élèvent 2 tours carrées détruites en 1809, qu'on appelait à l'époque tours wisigothes. L'une d'elle servait même de chapelle, dédiée à Saint-Martin ! Charles Martel vient assiéger le château en 737 pour chasser les Sarrasins, qui ont pris la place des Barbares depuis quelques années. Oust, dehors, tout le monde. Et le temps passe...

Servant toujours de fort, les arènes sont confiées en 1100 à des chevaliers, les milites castri arenarum, qui les conservent jusqu'au XIVe siècle, époque où Charles VI fait construire un nouveau fort non loin de là. Adieu chevaliers ! Les habitants récupèrent l'amphithéâtre, y fondant un village, appelé « quartier des Arènes », qui subsistent encore au début du XIXe siècle. Saviez-vous que François Ier, ayant ordonné la destruction de toutes les maisons de Nîmes en 1533, reçut en hommage des consuls de la ville une arène miniature en argent, d'un poids de 30 marcs ? Nos arènes servent aujourd'hui de cadre à des manifestations culturelles...


Et encore !