Petite histoire de Saint-Leu-Saint-Gilles de Paris

Vinaigrette 0
La façade - ©Peter Potrowl / CC-BY-SA La façade - ©Peter Potrowl / CC-BY-SA
Eglise Saint-Leu-Saint-Gilles de Paris Eglise paroissiale

Nous voilà rue Saint-Denis, au cœur du quartier très animé des Halles. La petite église se cache là, entre deux boutiques, les flots de passants l'ignorant... ou pas ? Nous, non ! Et les rois de France non plus, puisqu'ils passaient par cette rue lorsqu'ils allaient se faire couronner. Une rue que les pèlerins empruntaient aussi pour se rendre à l'abbaye Saint-Denis...

Notre église voit le jour au XIIe siècle : à cette époque, on trouve là l'abbaye Saint-Magloire ; ce monastère abrite une chapelle dédiée à saint Gilles, ermite provençal très populaire qui vivait au VIIe siècle. En 1235, on reconstruit une église indépendante de l'abbaye, toujours dédiée à notre ermite mais aussi à l'évêque de Sens, saint Loup (Leu).

Des remaniements interviennent aux XVIe et XIXe siècles : en 1611, le chœur actuel voit le jour ; en 1857, le chevet est supprimé lors du percement du boulevard de Sébastopol : on appelle Victor Baltard pour remanier l'église, notamment pour la reconstruction du déambulatoire, car le chevet doit maintenant se trouver dans l'axe du nouveau boulevard... Depuis 1928, l'église accueille les Chevaliers du Saint-Sépulcre, un ordre crée par Godefroy de Bouillon en 1099 : ces messieurs ont ramenés les reliques de sainte Hélène dans la crypte depuis l'abbaye d'Hautvilliers dans la Marne...


Et encore !