Petite histoire de Saint-Georges de Lyon

Vinaigrette 0
L'église - ©Daderot / CC-BY-SA L'église - ©Daderot / CC-BY-SA
Eglise Saint-Georges de Lyon Eglise paroissiale

Bienvenue chez Georges !


Sur le quai Fulchiron, près des bords de Saône, voilà la haute flèche typique de l'église Saint-Georges. Vous ne pourrez pas la manquer, un grand chevalier terrassant le dragon sculpté dans la pierre vous accueille : saint Georges en personne !

La place de l'église a été aménagée au début du XIXe siècle à l'emplacement du cimetière paroissial. Au sud se trouvait la commanderie des chevaliers de l'ordre de Malte... des chevaliers en rapport direct avec l'histoire de notre église !

Voyez plutôt : en 547, l'évêque de Lyon saint Sacerdos reçoit des mains du roi Childebert les reliques de sainte Eulalie, toutes droites venues d'Espagne. 3 ans plus tard, il fait construire un petit oratoire dédié à Eulalie et un monastère de femmes sur la rive droite de la Saône, dans lequel il place les reliques. Détruite par les Sarrasins en 732, la petite église est reconstruite par Leidrade, l'évêque de Charlemagne, au tout début du IXe siècle et dédiée à saint Georges.

Chevaliers du Temple


Puis, une commanderie de l'ordre des chevaliers de Malte s'y installe au XIIIe siècle. L'ordre, très puissant, possède alors des terres et des maisons dans toute l'Europe : Lyon ne fait pas exception ! Ils s'y installent en 1209. Le pape Innocent IV les charge même de faire régner l'ordre dans la ville !

En 1311, nos chevaliers s'enrichissent grâce aux biens saisis des Templiers déchus. Ils peuvent alors s'établir dans le quartier Saint-Georges, tout près de notre église. Humbert de Beauvoir, commandeur et chevalier de l'ordre, fait entièrement reconstruire l'église en 1492 et aussi bâtir l'hôtel de la Commanderie, sorte de petit château flanqué de deux tours avec toits en poivrière, qui disposait d'un grand jardin sur la Saône.

Ici, tous les ans, le chapitre du grand prieuré d'Auvergne se réunit dans la commanderie. Tous les ans aussi, les chanoines de Saint-Jean y fêtent la Sainte-Eulalie.

La commanderie devenue bien national à la Révolution se fait démolir après qu'un incendie l'ai endommagée en 1854. L'église actuelle, de style gothique flamboyant, a été reconstruite en 1844 par le lyonnais Pierre Bossan, l'architecte de la belle basilique de Fourvière.


Et encore !