Petite histoire de Saint-Etienne de Bourges

Vinaigrette 0
La cathédrale - ©Renaud MAVRÉ / Public domain La cathédrale - ©Renaud MAVRÉ / Public domain
Cathédrale Saint-Etienne de Bourges Cathédrale

Ursin, Léocade & co

Petit bijou d'architecture gothique, voilà la première cathédrale de ce style construite au sud de la Loire. Un colosse de pierre sans pareil : 120 m de long, 41 de large, 37 de haut...

C'est saint Ursin, 1er évêque de Bourges, qui fonde la cathédrale primitive. Il obtient du sénateur romain Léocade qui gouvernait les Gaules à cette époque, des terres près des murs de la ville pour y construire un oratoire chrétien vers 251. Consacrée à saint Etienne, dont Ursin avait rapporté les reliques, l'église primitive est détruite au IVe s.

Saint Palais, 9e évêque de Bourges, la fait reconstruire. Terminée en 380, la nouvelle est beaucoup plus vaste ! Saint Grégoire de Tours en personne en fait même des éloges, évoquant la richesse de sa décoration (« ecclesia apud Bituriges urbem miro opere composita... »).

Du beurre et une tour sourde

Au IXe s, l'évêque Rodolphe de Turenne rebâtit entièrement l'édifice. Mais les travaux traînent en longueur : le chœur voit le jour entre 1195 et 1215 et la nef entre 1225 et 1250. La consécration ne se fait qu'en 1324... On achève le portique central seulement en 1390 grâce aux dons du duc Jean de Berry...

Quoi qu'il en soit, notre cathédrale actuelle date du XIIIe s, réalisée par un architecte que la tradition appelle le maître de Bourges. Elle succède à l'église romane construite au XIe s, détruite en 1193 dans un incendie, reconstruite par Henri de Sully dès 1195. On y compte 183 vitraux, principalement du XIIIe s.

Les deux tours qui encadrent la façade s'appellent tour Sourde (parce qu'elle n'abrite pas de cloches !) et tour de Beurre (reconstruite en 1506 après effondrement). Fait remarquable, la cathédrale ne possède pas de transept ! 5 portails donnent accès dans les 5 nefs avec double déambulatoire.


Et encore !