Petite histoire de Notre-Dame-Saint-Vincent de Lyon

Vinaigrette 0
L'intérieur - ©Alexandre.norman / CC-BY-SA L'intérieur - ©Alexandre.norman / CC-BY-SA
Eglise Notre-Dame-Saint-Vincent de Lyon Eglise paroissiale

Un dauphin dans la pierre


L'église a remplacé l'ancienne chapelle du couvent des Augustins, en fait. Voici l'histoire : nous sommes en 1755. La chapelle des Augustins tombe complètement en ruine. Le chapitre décide donc de reconstruire une église dédiée à saint Louis. On dédie la première pierre posée, le 6 septembre 1759, au fils de Louis XV. On y scelle même une plaque de cuivre portant les armes du dauphin et un texte en latin... Dans la nef, on voit la copie de l'inscription :
Louis, dauphin de France, fils du roi Louis XV, excellent prince, désirant favoriser le trône et l'autel, a posé la première pierre de l'église des Grands-Augustins, par la main de Marie-Eugène de Montjouvent, doyen des comtes de Lyon, en 1759.


Néoclassique, qu'y disait !


L'architecte guillotiné


C'est l'architecte Léonard Roux qui s'occupe d'établir les plans de Saint-Louis. Le style néoclassique, très à la mode à l'époque, paraît bien froid ici, vous ne trouvez pas ? La lumière très blanche qui passe à travers les vitraux, les énormes colonnes très imposantes, le grand dôme... Bref ! Roux fait commencer le chantier, bientôt repris par l'abbé et architecte Joseph Janin, en 1789.

Quelques mois plus tard, on la consacre enfin. Mais la Révolution arrive ! Les Augustins sont mis à la porte et notre église se voit transformée en hôpital militaire, puis en entrepôt, pendant le siège de Lyon de 1793. Janin lui, finit ses jours à l’échafaud en 1794...

Une confrérie pour la madone


Lors de son retour au culte, on dédie l'église sous le nom de Notre-Dame-Saint-Louis-Saint-Vincent :
• saint Louis pour rappeler l'ancienne chapelle des Augustins
• saint Vincent pour rappeler l’ancienne église voisine démolie au XVIIIe siècle en même temps que la chapelle
• Notre-Dame pour évoquer l'église disparue de Notre-Dame-de-La-Platière.

En parlant de La Platière... Saviez-vous qu'il existait une confrérie dite de la Nativité, la plus ancienne de Lyon, qui s'y réunissait ?

Une fois l'église disparue, la petite réunion se fait dans notre église Notre-Dame-Saint-Vincent ! La fête naît grâce à Innocent IV : en bisbille avec l'empereur Frédéric II d'Allemagne, le pape organise un concile à Lyon en 1245 pour l'excommunier. Il décrète aussi que se ferait une fois par an (le 8 septembre) la fête de la Nativité de la Vierge, dans l’église de La Platière... Fin de la parenthèse !

En cendres !


Notre église abritait une belle collection d’œuvres d'art : des tableaux de Jean Jouvenet, de Jean Restout, des copies de Raphaël et de Van Dyck...

Oui, oui, abritait, j'utilise le passé : car l'incendie qui a ravagé l'église en 1987 a réduit toutes ces petites merveilles à l’état de cendres (sans compter la destruction de la voûte et de l'orgue) ! Allez, on se consolera avec les belles statues de marbre des sculpteurs Fabisch et Dufraisnne, dont un roi Louis IX et une Vierge Marie.


Et encore !