Petite histoire de Notre-Dame-des-Victoires de Paris

Vinaigrette 0
L'église - ©Mbzt / CC-BY-SA L'église - ©Mbzt / CC-BY-SA
Basilique Notre-Dame-des-Victoires Basilique

Sous le signe de Louis XIII

On connaît aussi la basilique sous le nom d'église des Petits-Pères : le nom vient d'un couvent de moines augustins supprimé à la Révolution qui se trouvait sur la place. Et le nom de Victoires, alors ? Hé bien, il fait référence à la prise de La Rochelle et de la victoire du cardinal de Richelieu sur les protestants.

D'ailleurs, on pouvait voir autrefois une plaque avec l'inscription suivante : « Louis XIII, roi très chrétien de France et de Navarre, a voulu élever ce monument à la piété des Augustins déchaussés de Paris, et leur ériger un temple sous la protection de la Vierge Marie et sous l'invocation de Notre-Dame-des-Victoires, lequel il dédia l'an du Seigneur 1629, le 9 mai, de son règne le XX ».

Il faut dire que le roi a vu dans la victoire des catholiques l'intervention de Dieu en personne ! Bref... Louis XIII pose la première pierre de l'église actuelle en décembre 1629. D'abord très petite, on doit l'agrandir 27 ans plus tard, faute de place ; mais de petits problèmes d'argent ralentissent le chantier, qui ne s'achèvera qu'en 1740.

Les comptes rapportent une dépense totale de 1 200 000 livres... On distingue plusieurs campagnes de travaux : Pierre Le Muet réalise le chœur entre 1629 et 1632 ; Libéral-Bruant s'occupe du transept et de la dernière travée de la nef unique entre 1642 et 1666 ; l'architecte du roi Sylvain Cartaud se charge du portail en 1739.

Tout est bien qui finit bien !

Le tout s'achève par les voûtes, toujours réalisées par Cartaud entre 1737 et 1740. A première vue, l'église paraît bien austère, typique de l'architecture du XVIIe siècle, avec son frontispice formé de colonnes ioniques et corinthiennes. Heureusement, à l'intérieur, quelques surprises !

Venez voir : ici, vous avez de grandes toiles de Carle Van Loo, réalisées exprès pour l'église au milieu du XVIIIe siècle. Là, le tombeau du grand Jean-Baptiste Lulli, avec un buste de Jean Colignon. L'église devient Bourse des valeurs pendant la Révolution avant qu'on ne la rende au culte en 1809.


Et encore !