Petite histoire de la tour Saint-Jean-le-Vieux

Vinaigrette 0
La tour - ©Véronique PAGNIER / Public domain La tour - ©Véronique PAGNIER / Public domain
Tour de Saint-Jean-le-Vieux Tour

Une vieille tour

Cette tour est le seul vestige de l'ancienne commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dit de Saint-Jean-le-Vieux. Tous les autres bâtiments ont été détruits en 1898... Elle se compose de 4 étages aujourd’hui mais en comptait un de plus autrefois.

On l'a beaucoup restaurée et dégagée des maisons qui l'agglutinaient, lors de l'agrandissement de la place Pie en 1861. Voyons un peu l'histoire de ces Hospitaliers, qui s'installent à Avignon au tout début du XIIIe s...

Les Hospitaliers à Avignon

Tout commence lorsque l'évêque de Notre-Dame-des-Doms donne l'autorisation au grand-maître de l'ordre Garsias de Liza de construire une église, un cimetière et une commanderie à l'intérieur des remparts de la ville.

Puis en 1379 les Hospitaliers partent s'installer dans la commanderie dite de Saint-Jean-de-Rhodes ayant appartenu aux Templiers, rue Saint-Agricol. Les chevaliers partis et les locaux vidés, la chambre apostolique en profite pour installer le cardinal Pierre Corsini (dit le cardinal de Florence) dans la commanderie de Saint-Jean-le-Vieux.

Et quand les papes désertent Avignon, la commanderie est abandonnée... jusqu'au milieu du XVIe s, à l'époque où Charles Quint et François Ier se font la guerre en Provence. Leurs troupes s'installent à côté du monastère de Saint-Véran, mais c'est peu de dire que ces messieurs ne sont pas très disciplinés.

Ils ne trouvent rien de mieux à faire que de piller et d'agresser les bonnes sœurs, qui prennent leurs jambes à leurs cous ! Elles trouvent refuge... dans la commanderie, où elles seront logées jusqu’en 1598, en toute sécurité.

Puis la vieille commanderie finira comme toutes les autres : vendue à la Révolution puis transformée en caserne entre 1793 et 1833. Plus rien aujourd'hui ne rappelle ce long passé. Oh si, peut-être une plaque commémorative sur la façade. Regardez là ! Elle date de 1861 et dit :

« La tour a été restaurée. La place du marché agrandie. Napoléon III étant empereur, Mathias Debelay archevêque, Adolphe Durand Saint-Amand préfet, Paul Pamard députe-maire, Edouard Perrot, Jean-Baptiste Clerc, Eugène Bastide, Jean-Baptiste Madon adjoints au maire. MDCCCLXI. »


Et encore !