Petite histoire de la saline d'Arc-et-Senans

Vinaigrette 0
Les salines - ©Wolfgang Moroder / CC-BY-SA Les salines - ©Wolfgang Moroder / CC-BY-SA
Saline royale d'Arc-et-Senans Musée Claude-Nicolas Ledoux

Le sel mérite bien son surnom d'or blanc ! En effet, il fait l'objet de taxe dès le XIVe siècle : la gabelle. Les rois ont très vite compris tout le bénéfice qu'ils pouvaient tirer de cette denrée essentielle... Dans le Doubs, on produit le précieux sel à Salins et à Lons-le-Saunier. Production très gourmande en bois, qui alimente les chaudières nécessaires à l'évaporation de l'eau salée, il faut toujours aller plus loin pour trouver des arbres. Toujours plus loin, oui mais... situation très peu commode, qui oblige le roi Louis XV, en 1773, à créer une nouvelle saline à Arc-et-Senans ! Claude-Nicolas Ledoux, inspecteur général des salines, s'occupe des plans des nouveaux bâtiments.

Son projet ? Une véritable ville dans la ville ! Sorte de cité idéale, de forme circulaire, elle doit abriter les maisons du personnel, une église, des bains publics groupés autour de la maison du Directeur... ainsi, lieux d'habitations, lieux de détente et de travail sont réunis sur un même site. Grande innovation pour l'époque ! Voici pour la théorie. En ce qui concerne la pratique, seule la moitié des plans de Ledoux est exécutée. La production de sel, au début très satisfaisante, devient vite médiocre, due en partie à l'usure des conduits amenant l'eau depuis Salins. Devant l'avancée des techniques, la saline royale ferme à la fin du XIXe siècle.


Et encore !