Petite histoire de la porte Picois

Vinaigrette 0
L'hôtel-de-ville et la porte - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA L'hôtel-de-ville et la porte - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Porte Picois Fortification

Vierge et traces de boulets

C'est au cours du XVe s, une fois que Loches a acquis une importance royale, que se crée une troisième muraille. C'est là aussi qu'on construit la porte Picois (ou Pycois), la porte des Cordeliers, la porte Quintefol et la porte Poitevine. La Picois doit dater de 1440-1450.

La ville avait subi des destructions importantes, Charles VII a dû relever les fortifications. Avec son chemin de ronde crénelé, on ne se trompe pas sur la fonction défensive de la porte ! On voit même des traces des boulets qu'on a envoyés pendant les guerres de Religion !

Du côté de l'hôtel-de-ville, on aperçoit une petite statue de la Vierge dans sa niche, la « Vierge au cœur ». C'est une copie du XVIe s, l'original se trouvait dans le musée du Terroir de Loches situé dans la porte Royale.

Et que veut dire « picois » ? Mhh, j'ai trouvé plusieurs explications. En ancien français, picois désigne un pic, une pioche. Mais c'est aussi un nom de famille : peut-être le nom d'un homme important qui vivait tout près de là ? Ou encore le nom d'un faubourg sur laquelle le porte s'ouvrait, le faubourg Picois !

L'hôtel-de-ville

Indissociable de la porte Picois puisque situé tout à côté, voilà l'hôtel-de-ville. L'ensemble forme un tableau harmonieux, non ? C'est un édifice de style Renaissance construit entre 1535 et 1543 sur les plans de Jean Beaudoin. On reconnaît même tout en haut sur une des fenêtres la salamandre de François Ier !

Le panneau explicatif de la ville nous dit que l'intérieur de l'hôtel comportait une belle bibliothèque riche de précieux manuscrits venant d'abbayes voisines. Il en reste encore aujourd'hui, dont l'acte de naissance du poète Alfred de Vigny, de mars 1797 !


Et encore !