Petite histoire de la fontaine du Vertbois

Vinaigrette 0
Détail - ©Moonik / CC-BY-SA Détail - ©Moonik / CC-BY-SA
Fontaine du Vertbois Fontaine Victor Hugo

Une histoire d'eaux

Notre fontaine se trouve collée au mur d'enceinte de Philippe Auguste et à la tour de l'ancienne abbaye de Saint-Martin-des-Champs. Quel tableau ! Elle amenait autrefois l'eau potable jusque dans l'abbaye voisine depuis une petite source nommée Savies, située dans le quartier de Belleville.

Au tout début du XVIIIe siècle, l'abbaye Saint-Martin propose la chose suivante à la ville de Paris : échanger leur eau de Savies pour la verser dans l'aqueduc de Belleville contre l'eau de la Seine amenée par des tuyaux tout proche dans la rue Saint-Martin.

Plus pratique, en effet ! L'eau du fleuve ainsi canalisée pourrait servir à tous les habitants du quartier. Mais pour cela, il faut construire une fontaine. On décide de l'aménager à l'angle de la rue de Vertbois dans la tour d'angle des vieux remparts de l'abbaye. La construction commence en 1712.

Une fontaine en péril

Mais les travaux d’aménagement de Paris au XIXe siècle la menacent : on veut la démolir ! C'est sans compter les flots de protestations qui s'élèvent de la part de tous les Parisiens ! La Société des antiquaires de France, menée par Victor Hugo, veut faire entendre sa voix. Voilà ce que notre écrivain rédige :

« Démolir la tour ? Non ! Démolir l'architecte ? Oui ! Cet homme doit être immédiatement révoqué. Il ne comprend rien à l'histoire et par conséquent rien à l'architecture. Sur pied la tour. A terre l’architecte. […] Tous les vieux vestiges de Paris doivent être conservés désormais. Paris est la ville du passé. Pourquoi ? Parce qu'elle est la ville de l'avenir. »

Grâce à ce coup de force, la fontaine est sauvée ! Ce qui n'a pas empêché sa reconstruction (au détail près) en 1882. Depuis, une plaque signale : « La tour dépendant de l'enceinte fortifiée du prieuré de Saint-Martin-des-Champs construite vers 1140 et la fontaine du Vertbois érigée en 1712 ont été conservées et restaurées par l'Etat en 1882 suivant le vœu des antiquaires parisiens ».


Et encore !