Petite histoire de la chartreuse de Champmol

Vinaigrette 0
La chartreuse - ©Christophe.Finot / CC-BY-SA La chartreuse - ©Christophe.Finot / CC-BY-SA
Chartreuse de Champmol Abbaye

En 1378, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi achète la terre de Champmol, non loin de Dijon, pour y faire construire une chartreuse : elle accueillera bientôt 24 moines et un prieur, plus une église. La première pierre est posée en août 1383 par la duchesse Marguerite et son fils, le futur Jean sans Peur. Le duc engage Drouet de Dammartin, l'architecte de Charles V au Louvre. Celui-ci fait venir des ouvriers et des matériaux de toute la Bourgogne, de Paris, d'Ile-de-France et de Hollande ! Mais, dites-donc ! Je tombe sur un bien curieux monument, au milieu de la cour ! Un puits ! Oui, parlons-en. En avril 1395, Philippe le Hardi fait construire dans sa chartreuse un puits surmonté d'un calvaire, avec autour les statues de Moïse et de David. En juin 1399, le calvaire est en place. Sous la direction de Claus Sluter, Claus de Werve exécute les sculptures, peintes ensuite par Jean Malouel. Un orfèvre de Dijon, Hannequin de Hacht, avait même fourni un diadème pour la statue de sainte Madeleine et des lunettes pour Jérémie !

Je reprends l'historique de la chartreuse, qui en 1388 est achevée. Le 24 mai, Pierre d'Arcis, évêque de Troyes, consacre l'église. On procède à une reconstruction des bâtiments au XVIIIe siècle. En mai 1791, Emmanuel Cretet, député aux Etats Généraux, achète Champmol : devinez quoi ? L'homme démolit l'église, mis à part le portail et l'escalier de l'oratoire, faisant de la chartreuse sa petite maison de campagne. En 1833, le département rachète les lieux et une nouvelle église est reconstruite contre l'ancien portail.


Et encore !