Petite histoire de la chapelle Saint-Benoît d'Argenton-sur-Creuse

Vinaigrette 0
Le chevet - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Le chevet - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Chapelle Saint-Benoît et ancien collège Chapelle

La chapelle


Construite sur la rive gauche de la Creuse (sur les bords de la rivière, on a une jolie vue sur son chevet), juste au pied de la ville haute (la ville médiévale), la chapelle date du tout début du XVIe siècle.

Deux hommes sont à l'origine de sa fondation : Antoine Barbault, prieur de Saint-Marcel entre 1484 et 1522 et Louis Bourbon de Montpensier, seigneur d'Argenton.

Elle devait servir de chapelle au collège que Barbault venait de faire construire juste en face. C'est une toute petite chapelle, avec une nef unique avec voûtes d'ogives.

Elle montre clairement la charnière entre le style gothique et le style Renaissance ! On remarque son beau portail gothique flamboyant, mais surtout dans un coin de la façade une statue de la Vierge à l'Enfant dans sa petite niche gothique. Elle nous vient d'une maison détruite de la ville.

C'est une copie du XVIIe siècle, l'originale date de 1485, la mairie la conserve bien précieusement. L’inscription sur le socle dit : « Jésus, Sauveur des hommes, je vous salue Marie ».

Vendue comme bien national en 1793, la chapelle sert de grenier à grains à la Révolution et pendant presque un siècle : normal, le marché au blé se tient à côté ! Alfred Dauvergne la restaure en 1873 pour qu'on la rende au culte en 1877. Mais l'explosion du Vieux pont en 1940 l'endommage beaucoup...

Les vitraux datent de cette époque, réalisés par le maître-verrier de Limoges Chigot. Plus près de nous, les bardeaux de châtaigner qui couvre le clocher ont été restaurés en 1966...

Le collège


Il date du XVIe siècle. Si le collège abrite aujourd'hui l'école de musique, il n'en a pas toujours été ainsi, vous vous en doutez ! On l'a dit un peu plus haut, le collège servait de logis pour les prêtres et la chapelle en face de lieu d'instruction.

D'ailleurs, vous avez vu ? On retrouve comme sur la chapelle les armoiries de Barbault, ici portées par deux anges, sur la porte de style gothique flamboyant avec ses feuilles de choux... La tour polygonale cache quant à elle un escalier à vis. En 1782, le logis sert de prison à la ville. Preuve en est des barreaux restés aux fenêtres !


Et encore !