Petite histoire de l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire

Vinaigrette 0
L'abbaye - ©Gilbertus / CC-BY-SA L'abbaye - ©Gilbertus / CC-BY-SA
Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire Abbaye Bénédictin

Sur la route vers Saint-Benoît, la vue sur la Loire est superbe, et je devine la masse imposante de l'abbaye se dessiner au loin. Celle-ci doit son nom aux reliques de Saint-Benoît conservées précieusement dans sa crypte depuis le VIIe siècle. De nombreux moines vivent sous leur protection et c'est pour leurs miracles que les pèlerins affluent en masse. La fondation officielle de l'abbaye remonte à 650. Aux VIIIe et IXe siècles, elle connaît une grande activité intellectuelle. Mais la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion la dévaste. Son trésor est pillé, dont la châsse de Saint-Benoît, la bibliothèque saccagée. A la Révolution, Benoît Lebrun, architecte orléanais, rachète l'abbaye en tant que bien national et démolit les bâtiments conventuels. Début XIXe siècle, l'église abbatiale se trouve dans un état de délabrement avancée. Des travaux de restauration commencent dès 1836. Des moines reviennent s'installer dès 1944 ; le monastère redevient abbaye en 1959 et de nouveaux bâtiments sont construits dès 1958.

Vous aussi, vous voulez voir l'abbaye de plus près ? Ca tombe bien, moi aussi ! Venez. La tour-porche, située en avant-corps de l'église, s'élève dès 1020. Cela en fait le vestige le plus ancien de Saint-Benoît ! Construction imposante à deux étages, la tour compte 54 chapiteaux au rez-de-chaussée et 78 à l'étage. Ses chapiteaux sont à la fois corinthiens et romans et mettent en scène l'Apocalypse mais aussi l'enfance du Christ et la vie de Saint-Martin. Passons au chœur roman. Qualifié de plus harmonieux de France, quelle pureté de lignes ! Cinq fenêtres rapprochées éclairent l'abside, mettant en valeur le dallage en marbre qui appartient à la première église carolingienne. Les chapiteaux du chœur et du transept marquent une évolution avec ceux de la tour. Les scènes sont issues de la Genèse et de la vie de Saint-Benoît.


Et encore !