Petite histoire de l'abbaye de la Trinité de Vendôme

Vinaigrette 0
Vue d'ensemble - ©Lluc / CC-BY-SA Vue d'ensemble - ©Lluc / CC-BY-SA
Abbaye de la Trinité de Vendôme Abbaye Bénédictin Relique Légende

Un signe du ciel


Vers 1032, le fils du comte d'Anjou Foulques Nerra, Geoffroy Martel, s'empare du comté de Vendôme : les comtes de Vendôme sont nés ! Geoffroy fait aussitôt agrandir le vieux château pour s'y installer avec sa femme Agnès de Bourgogne. C'est probablement d'une des fenêtres qu'ils voient un soir d'été 3 étranges boules de feu tomber dans une fontaine. Un, deux, trois ?... Sûrement un signe de la sainte Trinité ! En tout cas, voilà ce que se dit Geoffroy... qui décide de fonder une abbaye à cet endroit ! La dédicace de l'église se fait en 1040 tandis que la construction des bâtiments conventuels s'engagent peu après et se terminent très vite.

Une abbaye, des reliques


L'abbaye se voit vite couverte de privilèges et de richesses, par Geoffroy, bien sûr : celui-ci avait ramené deux reliques de Constantinople, un bras de saint Georges et une larme du Christ. On vient en pèlerinage de très loin pour voir cette dernière, depuis le Moyen-Age jusqu'à la Révolution... où cette relique disparaît. [up]La Larme, c'est celle versée par le Christ à la mort de Lazare, ce qui explique qu'on invoque souvent le saint pour les maladies des yeux ![/up] Et qui explique aussi les représentations répétées de sa résurrection dans l'église.

Preuve de la grande valeur de ces reliques, les comtes de Vendôme avaient adopté ces cris de guerre en leur honneur : « Sainte Larme, Vendôme ! » ou bien « Saint Georges, Vendôme ! ». En tout cas, notre abbaye bénédictine connaît un rayonnement rapide : Geoffroy Martel fait même en sorte que son monastère soit indépendant ! Et effectivement, il ne relève que du Pape. Mieux, il obtient qu'il soit érigé en abbaye cardinale ! L'abbatiale actuelle, de style gothique flamboyant, a conservé son beau clocher du XIIe siècle haut de 80 mètres : il a servi de modèle au Vieux clocher de la cathédrale de Chartres ! La façade en dentelle date du XVIe siècle, la nef du XIVe siècle.


Et encore !