Petite histoire de l'abbaye de la Sauve-Majeure

Vinaigrette 0
L'abbaye - ©Pinpin / CC-BY-SA L'abbaye - ©Pinpin / CC-BY-SA
Abbaye de la Sauve-Majeure Abbaye Bénédictin

« Grande sauve », sylva major... grande forêt, quoi ! Un cadre enchanteur pour une abbaye fondée à la fin du XIe siècle (1080) par saint Gérard à l'emplacement d'une petite chapelle dédiée à la Vierge. Très vite, l'abbaye prospère tant et si bien qu'un petit village se forme à côté, la Sauve. On est en plus sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ! Les pèlerins affluent...

Les papes mais aussi les archevêques de Bordeaux, d'Agen, de Reims, d’Espagne et d'Angleterre donnent sans compter : l'abbaye compte 20 prieurés autour de Bordeaux, une soixantaine à l'étranger, sans compter de vastes terres ! Aliénor d'Aquitaine entre autre, avait recommandé la création d'un ordre de chevaliers pour protéger l'abbaye et ses pèlerins. Hé oui ! C'est qu'elle est très riche, notre Sauve ! Et attise la convoitise de bien des pillards...

Le neveu du duc de Guyenne, un certain Othon, fait partie des premiers membres. Mais comme à chaque fois qu'on parle d'abbayes, le déclin arrive vite : guerres, Révolution... ah, les temps sont bien troublés ! Le coup fatal qu'on lui porte, c'est sa transformation en carrière pour construire les maisons du village de La Sauve, au début du XIX siècle.


Et encore !