Petite histoire de l'abbaye aux dames de Caen

Vinaigrette 0
Vue d'ensemble - ©Chatsam / CC-BY-SA Vue d'ensemble - ©Chatsam / CC-BY-SA
Abbaye aux dames de Caen Abbaye Bénédictin

L'abbaye de Mathilde


Œuvre de Mathilde de Flandres, épouse de Guillaume le Conquérant, savez-vous pour quelle raison cette dame fonda l'abbaye ? Je vais vous le dire : Mathilde et Guillaume sont cousins. Aïe... une union interdite par l'Eglise ! Pour faire pénitence après leur excommunication, la duchesse promet de faire construire une grande abbaye. Voilà ! Après la disparition de Mathilde en 1083, le monastère devient de plus en plus prospère : on compte en 1250 plus de 75 nonnes.

En 1359, on fortifie l'abbaye avec un donjon construit au sud de l'église. Une bonne chose, en ces sombres temps médiévaux ! En plus, les travaux sont payés grâce à une taxe créée sur les foires dépendant du monastère... Pendant la guerre de Cent Ans, les Anglais prennent possession des lieux : en 1434, plus précisément, lorsque le duc de Bedford ordonne la destruction des fortifications de l'abbaye. Je vous rassure, l'abbesse s'y oppose et l'en empêche de justesse ! Et ce n'est pas fini !

De grandes transformations


Ensuite viennent les troupes de l'amiral de Coligny qui assiègent l'abbaye en 1562, détruisant le tombeau de la reine Mathilde. On procède au siècle suivant à des reconstructions, comme l'édification d'un dortoir et d'un réfectoire. Dès 1702, on construit les bâtiments actuels, sous la direction de Guillaume de La Tremblaye : oui, le monsieur a aussi travaillé à l'abbaye aux Hommes ! Commence ensuite une époque tumultueuse pour notre abbaye : vendue comme bien national à la Révolution, on la transforme en caserne en 1793 puis en dépôt de mendicité en 1810.

[up]A propos, saviez-vous que c'est Napoléon Ier qui avait instauré quelques années auparavant la création de ces dépôts dans tous les départements de France ?[/up] Toutefois, le dépôt de l'abbaye ne marche pas... et ferme en 1818. On abandonne alors les lieux. Il faut attendre 1983 pour que le conseil régional de Basse-Normandie achète l'abbaye et commence sa restauration : son cloître, son vestibule du XVIIIe siècle avec son bel escalier, le lavatorium, et bien sûr, l'abbatiale de la Trinité construite entre 1060 et 1080 retrouvent toute leur splendeur !


Et encore !