On vous dit tout sur la tribu de Catherine de Médicis et d’Henri II !

Vinaigrette 0
François II - ©Siren-Com/CC-BY-SA • Claude, Henri III, Charles, Margot - ©the lost gallery/CC-BY François II - ©Siren-Com/CC-BY-SA • Claude, Henri III, Charles, Margot - ©the lost gallery/CC-BY
Château de Saint-Germain-en-Laye Château Henri II Catherine de Médicis Reine Margot Henri III Charles IX François II

Catherine de Médicis et Henri II ont 10 enfants, entre 1544 et 1556 ! Dont 3 rois de France : François II, Charles IX et Henri III.

6 nés au château de Fontainebleau, 4 à Saint-Germain-en-Laye, les deux résidences royales du moment. Et tous élevés à Saint-Germain !

Dans le lit du couple !

Il faut 10 ans à Catherine pour pondre un héritier. Pour une reine dont le rôle est d’enfanter, ça la fout mal.

On la dit stérile. Des clous, oui ! Pour éviter la répudiation qui lui pend au nez, elle se tape tous les remèdes possibles : de l’ivoire pilé dans de l’eau, du sang de lapin dans du vinaigre... (on lit ça dans la biographie de Jean-Pierre Poirier, éd Pygmalion, 2009).

Finalement, les toubibs finissent par dire qu’Henri II souffre d’hypospadias : une malformation des parties reproductrices.

Brantôme explique :

« Monsieur le dauphin avait son vit tort. Pour ce, la semence n’allait pas bien droit, dans la matrice, ce qui empêchait fort de concevoir. »

Ce qui permet la conception de leur 1er gosse, ce sont des conseils sur les positions à adopter au lit, dont le coitus more ferarum (« comme les animaux le font »)... mais surtout une opération pratiquée par Jean Fernel, le médecin royal !

Education à Saint-Germain-en-Laye

Henri est un bon père. Catherine, elle, ne laisse pas les nourrices et les précepteurs faire tout le boulot ! Elle veille au grain.

Par exemple, à cause d’une épidémie de rougeole qui sévit à Paris, en 1547, elle interdit à toute personne venant de la capitale d’approcher ses enfants.

On lit dans Mœurs intimes du passé (Cabanès, vol 7) cette chose très novatrice, à l’époque : Catherine fait éduquer ses enfants indifféremment de leur sexe, « sur un plateau élevé, entouré de parcs, à la lisière de la forêt où abondaient l’air pur et la lumière. »

Là, elle organise les activités de la « Petite Cour » : chasse au faucon et équitation pour les garçons et les filles, mais à elles aussi les maths, l’astronomie et la philo...

C’est à St-Germain, d’ailleurs, que la petite Margot rencontre son futur mari, Henri de Navarre, pour la 1re fois. Idem pour le futur François II, marié à 5 ans à Marie Stuart, 4 ans !

La tribu en détails !

François II

Le 1er de la fratrie, né le 19 janvier 1544 à Fontainebleau, vers 17 h.

Le grand-père, François Ier, vient examiner le placenta et « toutes ces choses qui sortent avec le bébé » : rassuré, il lance que le bébé sera vigoureux et qu’il aura des frères et sœurs... Hop, on lui donne le prénom de son papy.

François sera un gros ado boutonneux et vilain, doté de « parties génitrices constipées »... ça promet !

Elisabeth de Valois

2e enfant, née le 2 avril 1545 à Fontainebleau, vers 23 h.

La rougeole la prend quand elle fait encore ses dents, et elle reste longtemps maigre et « entoussée ».

Claude de Valois

3e enfant, née le 12 novembre 1547 à Fontainebleau. Elle porte le prénom de sa grand-mère paternelle, la reine Claude de France.

Son épine dorsale s’est déviée à cause d’un accident, il a fallu lui faire des « corps » (corsets) pour maintenir son buste. Ca fait faire beaucoup de soucis à Catherine.

Louis de Valois

4e enfant, né le 3 février 1549 à Fontainebleau. Mort en 1550... C’est la maîtresse d’Henri II, Diane de Poitiers, qui s’occupe du petit Louis !

Charles IX

5e enfant, né le 27 juin 1550 à Saint-Germain-en-Laye à 5 h ¼ du matin.

Baptisé sous le nom de Charles-Maximilien, en hommage à l’empereur d’Autriche, son parrain.

Charles a été patraque toute sa vie : sa mère hurlera plus tard que c’est la faute au lait insuffisant de la nourrice ! Pourtant, Catherine avait bien fait attention au choix de la nounou, et même envoyé un médecin sur place « pour ne bouger de là jusqu’à ce qu'on ait trouvé une nourrice ».

Henri III

6e enfant, né le 19 septembre 1551 à Fontainebleau à 0h45.

Baptisé dans la chapelle Saint-Saturnin du château, sous le nom... d'Edouard-Alexandre ! Les prénoms de ses parrains : le cardinal Alexandre Farnèse et le roi Edouard VI d’Angleterre...

Il prend plus tard le nom de son père, Henri.

De tous les fils de Catherine, Henri reste son petit chouchou !

Marguerite de Valois, la reine Margot

7e enfant, née le 14 mai 1553 à Saint-Germain-en-Laye à 16h15.

On l’appelle Marguerite en hommage à Marguerite de France, sa marraine et tante paternelle : la fille de ses grands-parents, François Ier et Claude de France !

François-Hercule de Valois

8e enfant, né le 18 mars 1555 à Fontainebleau à 9h45.

Il reçoit le prénom... d’Hercule. Plutôt marrant, puisqu’il naît tout chétif ! Il prend François comme prénom après la mort de son frère aîné François II, en 1560.

Hercule devient vite tout vilain : la petite vérole le défigure, fend son nez, manque de lui faire perdre un œil. On l’élève en dehors de la fratrie.

Tout vilain qu’il est, François se regroupe avec les Malcontents contre son frangin Henri III et sa politique qu’il juge nulle au possible, en ces temps troublés de guerres de Religion.

Ah, ça, il n’a jamais digéré d’avoir été relégué en tant que petit dernier de la famille, et d’avoir vécu dans l’ombre d’Henri, le chéri à sa mamma...

Jeanne et Victoire de Valois

Les jumelles, nées le 24 juin 1556 à Saint-Germain-en-Laye : Victoire à 8 h, Jeanne, mort-née à 18 h.

Les « deux bessonnes » (du latin bis, « deux fois »), naissent, dit Brantôme « d’une même ventrée, dont la reine leur mère fut en grand danger de mort ».

Car Jeanne, mort-née, « demeura morte six heures en son ventre, qui convint rompre une jambe pour sauver ladite dame. » (Lettres de C. de Médicis, tome 1)

Un cauchemar : les chirurgiens sont obligés, pour extirper Victoire, la jumelle vivante, de découper le petit corps de Jeanne...

Après cette boucherie, les médecins conseillent à Catherine de ne plus avoir d'enfants. Ce qu'elle fait sans hésiter !

La petite Victoire, quant à elle, meurt deux 2 mois après sa naissance.

Pour finir !

Aucun des 10 enfants du couple n’a de rejetons. Ce sera la fin des Valois et le début des Bourbons, avec Henri IV. La fin d’une race qui s’est dégénérée avec le temps...


Et encore !