Notre-Dame-la-Daurade : Vierge noire et reine aux pieds d'oie

Vinaigrette 0
La Vierge de la Daurade - ©Peter Potrowl / CC-BY-SA La Vierge de la Daurade - ©Peter Potrowl / CC-BY-SA
Basilique Notre-Dame-la-Daurade Basilique Pèlerinage Légende

Notre-Dame la Noire


On y vénère une Vierge noire depuis le Moyen-Age, très célèbre dans le pays mais aussi à l'étranger : Notre-Dame la Noire. La statue primitive de la Daurade, très ancienne, disparaît au XIVe siècle ; on la refait à cette époque. Mais on la brûle pendant la Révolution : la copie actuelle date de 1807.

Les Toulousaines l'invoquaient en cas de grossesse difficile et même les capitouls venaient la prier en cas de « maladies, guerres, famines, sécheresse ou trop grandes abondances de pluie » !

Une grande procession officielle suivait ensuite quelques jours plus tard. On sait qui a fabriqué cette Vierge (probablement au XIVe siècle), car sur l'originale se lisait l'inscription suivante : Magister Rainaldus digito suo me fecit apud Auxim, « Maître Raynaud m'a sculpté de sa main à Auch ». De nos jours, de célèbres couturiers comme Castelbajac ou Lacroix ont réalisé pour notre Vierge des robes chics et modernes !

Ma dame l'oie


La tradition veut que la célèbre toulousaine Clémence Isaure soit enterrée dans la Daurade : bon, on ne sait pas, finalement, si cette dame a vraiment existé ou si elle n'est qu'une légende... mais en tout cas, elle passe pour avoir ravivé l’intérêt de l'académie littéraire des Jeux Floraux .

Et la reine aux pattes d'oie ? J'y viens : jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, on pouvait voir dans l'église le dessus du tombeau de la femme du roi des Wisigoths Théodoric II, appelée Ragnahilde (aujourd'hui présenté dans le musée toulousain des Antiquités). C'est une reine mythique de Toulouse, à l'époque (Ve siècle) où la ville fait partie du royaume wisigoth.

Le curé de la Daurade, Chabanel, a écrit au XVIIe siècle que cette dame fut la fameuse reine Pédauque, la « reine aux pieds d'oie » ! Peut-être tient-elle son nom à ce qu'elle avait une difformité, ou bien aimait-elle tout simplement passer son temps à prendre des bains et tremper ses pieds dans l'eau de son palais toulousain de la Peyrelade...


Et encore !