Nostradamus enterré à Saint-Laurent de Salon-de-Provence... et un mystère de plus !

Vinaigrette 0
La collégiale - ©Georges Seguin (Okki) / CC-BY-SA La collégiale - ©Georges Seguin (Okki) / CC-BY-SA
Collégiale Saint-Laurent de Salon-de-Provence Collégiale Nostradamus Mystère

Ci-gît Nostradamus

Oui : la curiosité, ici, c'est bien le tombeau de Michel de Nostredame, Nostradamus. Venez, ça se passe ici, dans la chapelle Notre-Dame... Cette simple dalle, oui, voilà bien le fameux tombeau ! On y voit l'épitaphe de Michel. L'épitaphe reconstituée, plutôt, en juillet 1813. Elle se trouvait sur le tombeau originel. Elle dit :

RELIQUIAE MICHAELIS NOSTRADAMI IN HOC SACELLVM TRANSLATAE FVERVNT POST ANNVM MDCCLXXXIX. EPITAPHIVM RESTITVTVM MENSE JVLII MDCCCXIII

Ce qui, en V.F., veut dire :

Ici reposent les restes de Michel Nostradamus, le seul de tous les hommes capable, de sa plume quasi divine, de consigner les événements qui arriveront dans le futur, dans l'univers entier, selon l'influence des astres. Il a vécu 62 ans, 6 mois, 17 jours et mourut à Salon en l'an 1566. Postérité, ne trouble pas son repos. Anne Ponsard, de Salon, souhaite à son époux la félicité éternelle.

Entre cette inscription se trouvaient les portraits de Michel et de son fiston César... réalisés par celui-ci !

Je me vois mourir près d'un banc

Toujours plus fort, Michel avait prédit sa mort ! Si si, dans un de ses quatrains :

« De retour d’ambassade, don du roi, mis au lieu Plus n'en fera. Sera allé à Dieu Proches parents, amis et frères de sang Trouvé tout mort, près du lit et du banc. »

Ce qui veut dire que de retour de Paris il reçoit les grâces du roi, se retire chez lui à Salon et que ses proches le trouvent mort... Ce qui arrive bel et bien ! Car un soir de juillet 1566, Michel écrit : « Demain, au soleil levant, je ne serai plus ». Effectivement, on le trouve le lendemain matin... mort près du banc de son lit.

Dans son testament, Nostradamus avait demandé à être enterré dans l'église Saint-Laurent. Un premier choix, qui pour une raison inconnue, ne lui plaît plus : il le barre et met à la place l'église des Cordeliers. C'est là qu'on l'inhume avant que ses restes ne trouvent leur emplacement actuel : l'église Saint-Laurent.

Enterré vivant ?

Avec Nostradamus, on n'est plus à une fantaisie près... Figurez-vous qu'il avait demandé à être enterré debout, dans un des murs de l'église des Cordeliers. Une lubie ? En fait, il s'était beaucoup disputé avec les gens de Salon et des environs, avant sa mort.

Il les avait dans le nez et redoutait une chose, plus que la mort : qu'une fois sous sa dalle, ces imbéciles lui marchent dessus avec leurs gros sabots boueux ! On racontait même au XVIIIe s qu'il s'était fait enterrer vivant avec plume, papier et chandelle pour continuer son travail... Ca y est, la légende Nostradamus était déjà en marche !


Et encore !