Nicolas Fouquet à Vaux, folie des grandeurs fatale

Vinaigrette 0
Fouquet - ©Public domain Fouquet - ©Public domain
Château de Vaux-le-Vicomte Château Destin tragique Nicolas Fouquet

A quelques kilomètres de Melun, le vicomte, c'est Nicolas Fouquet, surintendant des Finances ! Sur des plans de Levau, celui-ci se fait construire dès 1656 le plus somptueux château qu'on ait jamais vu ! Voltaire dira que « les jardins lui en a coûté 18 millions de livres »... les plus beaux d'Europe en leur temps, tout de même ! Fouquet avait même « acheté trois villages entiers » pour faire édifier son palais. Imaginez un peu le faste ! Fouquet fait appel aux meilleurs artistes pour décorer les intérieurs, Le Brun, Mignard... La devise du surintendant, surmontée d'un petit écureuil, Quo non ascendam ?, « Où ne monterai-je pas ? » paraît faire écho à la folie des grandeurs qui le frappe...

Des fêtes royales se succèdent, magnifiques, sans précédent, en l'honneur du roi notamment, le 17 août 1661 : festin grandiose, feux d'artifices, tout y est, même Molière a écrit une pièce spécialement pour l'occasion, Les Fâcheux ! Et le roi, alors... Parlons-en ! Pour qui se prend ce Fouquet ? Pour le souverain tout puissant ? Rien ne va plus et cette arrogance commence à faire voir rouge Louis XIV : accusé de complot, de malversations par tant de mauvaises langues, Fouquet se fait arrêter pour détournement de fonds en septembre 1661. Il mourra au fort de Pignerolles en 1680...


Et encore !