Mystère à Montigny-le-Gannelon : la Chanson de Roland et une histoire de traître

Vinaigrette 0
La porte Roland à Montigny - ©Milliped / CC-BY La porte Roland à Montigny - ©Milliped / CC-BY
Château de Montigny-le-Gannelon Château Trahison Charlemagne Roland

Le château de Montigny doit son nom au seigneur qui vit là au XIe s : Gannelon. Trésorier de Saint-Martin-de-Tours et abbé de Saint-Avit-lez-Châteaudun, dit l’Histoire.

Mais la légende murmure un truc vachement plus chouette sur lui !

Que ce Gannelon serait le traître de la Chanson de Roland, le célèbre poème du XIe s sur Roland, le neveu de l’empereur des Francs Charlemagne.

Vous savez ? Celui qui meurt à la bataille de Roncevaux.

Mais... c'est pour ça qu'on a une porte médiévale du nom de... Roland, à Montigny, alors ?

Roland, son tonton Charlemagne, son cor

Oui, Roland, c’est le neveu de Charlemagne. Gannelon, lui, devient le beau-père de Roland après avoir épousé la sœur de l’empereur.

Et Gannelon hait Roland. Mais d’une force !

Il le déteste, car Charlemagne lui voue une admiration sans borne.

Alors, Gannelon décide de lui tendre un piège : de placer Roland à l’arrière-garde de l’armée qui va combattre dans les Pyrénées à Roncevaux, en 778, pour mieux se faire tuer... car Gannelon s’était acoquiné avec l’ennemi, le roi des Sarrasins.

Hé hé, Gannelon , le traître ultime, quoi !

Mortellement blessé, Roland avait soufflé comme un fou dans son olifant, pour prévenir le reste de l’armée. A tel point, que le texte dit qu’il a « explosé ». Oui, ses veines ont pété.

Mais le temps que Charlemagne et ses troupes rappliquent, c’est trop tard. Not’ empereur devient comme fou et se met à dézinguer l’ennemi. Victoire !! Voui, mais à quel prix...

Un duel à mort comme procès

Le procès du traître Gannelon peut commencer. Enfin, procès, tu parles ! Un « duel judiciaire », plutôt, entre l’ami de Gannelon, Pinabel, et un fidèle vassal de Charlemagne.

Une flopée de seigneurs et parents vont défendre le traître. Mais la mort l’attend... Car Pinabel se fait tuer : le jugement divin a parlé, c’est la condamnation à mort pour le félon.

Punition ? Ecartèlement. Et tous les proches qui l’ont soutenu se font exécuter...

Alors, le Gannelon de Montigny, c’est qui ? On ne sait pas... Mais après tout, on a une porte Roland, dans une rue de Montigny près du château, non ? Ca laisse un drôle parfum de mystère.


Et encore !