Mme de Staël à Chaumont : c'est long, l'exil

Vinaigrette 0
Mme de Staël - ©Leipzig University Library / Public domain Mme de Staël - ©Leipzig University Library / Public domain
Château de Chaumont-sur-Loire Château Château de la Loire Mme de Staël

De l'Ohio à la Touraine


Plusieurs propriétaires se succèdent ensuite : entre autre, Jacques-Donatien Le Ray, qui installe au château une manufacture de poterie. C'est d'ailleurs sur cette usine que seront construites les luxueuses écuries en 1877, l'ancienne tour de cuisson servant de manège !

A la mort de Le Ray en 1803, son fils s'en va en Amérique. Il fait des placements pour son ami Talleyrand dans le New-Jersey et fonde la ville de Chaumont dans l'Ohio. Et parmi ses amis, il y a la fille de Necker, une certaine Mlle de Staël... Germaine de son joli p'tit prénom.

Germaine en quarantaine


La dame s'était opposée un peu trop fort à Napoléon, ce qui lui valut un exil forcé. Elle confie à Le Ray son envie de s'échapper en Angleterre : alors, celui-ci lui dit de venir à Chaumont ! De là, si elle veut, elle pourra partir s'embarquer où bon lui semble... Et la voilà sur les bords de Loire, avec une petite cour de fidèles, Benjamin Constant ou madame Récamier. Elle va y vivre entre avril et août 1810...

La vie au grand air a-t-elle réussi à Germaine ? Bof ! Car quand on lui demande si elle se plaît sur les bords de Loire, elle répond : « Oui, mais combien je préfère mon ruisseau de la rue du Bac (à Paris, ndlr) ! »


Et encore !