Mathurin Bruneau au Mont-Saint-Michel, un faux Louis XVII de plus

Vinaigrette 0
Louis XVII - ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain Louis XVII - ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain
Abbaye du Mont Saint-Michel Abbaye Emprisonnement Louis XVII

Louis XVII ? Le fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, mort dans la prison du Temple le 8 juin 1795. Mort, minute : on en est sûr ? Il aurait survécu, aurait grandi.

Mais ce n’est pas les imposteurs qui manquent.

Vous vous souvenez du baron de Richemont, le faux Louis XVII du château de Vaurenard ? En voilà un autre, de faux dauphin : Mathurin Bruneau, enfermé au Mont-Saint-Michel en mai 1821 !

Un gars d'Anjou aux Etats-Unis

Très tôt orphelin, Mathurin Bruneau, le petit gars du Maine-et-Loire, se retrouve sur les routes à errer. Jusqu’à sa première escroquerie, où il se fait passer pour le fils d’un noble mort à la guerre de Vendée. Découvert, il doit repartir sur les routes. On le condamne pour vagabondage en 1803. Hop, direction le trou.

Après sa sortie, il s’embarque de Lorient en tant qu’aspirant canonnier dans le 4e régiment d’artillerie... cap sur les Etats-Unis !

Ouais, tu parles : une fois le rafiot arrivé à New-York, Mathurin déserte et se fait la malle... pour travailler à Philadelphie.

Jusqu’à son retour au bercail en 1816. Il erre entre Nantes et Saint-Malo. Et le voilà qui se refait usurpateur d’identité. Voui, mais de gens connus, cette fois...

Le roi de Navarre... américain !

Voilà. Mathurin Bruneau devient usurpateur d'identité. Il se fait surtout passer pour le fiston de Marie-Antoinette et de Louis XVI, le petit Louis XVII.

Ah, ouiiii !! Celui qu’on ne sait pas s’il est mort à la prison parisienne du Temple, en 1795, ou s’il a survécu ? Tout juste.

Hé, Bruneau était revenu des States avec un passeport portant le nom de « Charles de Navarre, citoyen des Etats-Unis » ! L’imposture, trop grosse, ne marche pas. On l’arrête.

Là, il écrit une lettre au roi d’Angleterre, de sa première prison de Guernesey, comme quoi il faut qu’il sorte du trou le fils du roi de France ! La lettre (signée Dauphin Bourbon) se fait intercepter et on le fout au mitard à Rouen.

Rooh, allez Mathurin, on t'as reconnu

Après quoi, le procès commence : on a les détails dans Procédure complète de Mathurin Bruneau (1818). Mais le mieux, ça reste les témoignages.

Bon, déjà, le Mathurin ne ressemble pas à un Bourbon, ni par son physique, ni par ses manières de rustre et son langage de charretier.

Pire, tous les témoins l’ont reconnu ! « Ca, le roi de France ?? Ben oui, tiens, tu parles, c’est le gars Bruneau... quel con, ce Mathurin ! »

Un jour, on fait venir l’ancien cuisinier de Louis XVI, qui raconte sa rencontre avec Bruneau : celui-ci entre dans sa cuisine un beau jour d’octobre 1815 et demande s’il le reconnaît.

« - Non. »

Mathurin lui fait :

« - Quoi ?? Mais je suis le fils de celui que vous avez servi ! Vous vous rappelez, vous m’avez plus d’une fois tiré les oreilles, dans votre cuisine. »

« - Heuuu, si j’avais fait ça une seule fois, j’aurai fini au trou. »

Mathurin lui montre son passeport avec son nom, Charles de Navarre.

Le cuistot pouffe :

« - Oui, peut-être, mais dans toute la famille royale, il n’y a personne de ce nom... D’ailleurs, vous ne ressemblez pas plus à un prince de Bourbon qu’un verre d’eau à un verre de vin rouge. » Phrase véridique. Waaah ! Mouché, le Bruneau !

Le verdict

La justice condamne finalement Mathurin à 5 ans de détention pour usurpation d’identité et vagabondage.

Hop, direction l'abbaye du Mont-Saint-Michel, en mai 1821, transformée en sinistre prison depuis la Révolution. Il y mourra brutalement en novembre 1822, de maladie...

Et Louis XVII ? Le médecin qui pratique l’autopsie du dauphin en 1795 subtilise son cœur. Précieusement conservé, l'organe connaît toutes les péripéties possibles jusqu’à ce que des tests comparent son ADN avec celui de Marie-Antoinette. Verdict ? On a là deux membres de la même famille...


Et encore !