Marie Vignon, la vie incroyable de la maîtresse du duc

Vinaigrette 0
Le parc - ©Milky / CC-BY-SA Le parc - ©Milky / CC-BY-SA
Château de Vizille Château Histoire d’amour François de Bonne de Lesdiguières

On trouve l’histoire racontée dans Le Dauphiné : histoire, descriptions pittoresques, antiquités de Camille Lebrun (1848) ou Le roman des châteaux de France, tome I, de Juliette Benzoni (Perrin, 2012)...

Moi, Marie, duchesse ?

Par un beau jour de décembre 1590, c’est un François tout guilleret qui fait la rencontre d'une belle jeune femme. Guilleret, parce qu’il entre dans Grenoble à la tête d'une importante armée protestante : il est beau, il sent presque le sable chaud, il en impose, sur son grand cheval. Et là, parmi la foule en délire, une demoiselle aux yeux bleus qui le dévore du regard : elle s'appelle Marie Vignon. Elle brave la foule, le grand cheval, tout ça pour lui tendre un petit bouquet de fleurs. Coup de foudre immédiat...

Il a presque 60 ans, François (un ancêtre, à l'époque), mais encore toutes ses dents, et Marie est bien jeune... Elle a pourtant 3 enfants et un mari ! Mariée avec un marchand de soie au courant de sa liaison et qui la tabasse quand elle revient à la maison... François lui aussi est marié, mais il s'en fiche : ils s'aiment !

La femme de François fait bien les choses : elle meurt bientôt de maladie pour que finalement, en juillet 1617, les deux puissent se marier... Mais Marie ? Son mari ? Oh, un détail, ça... car quelque temps avant, le bougre avait été brusquement embroché d'un coup d'épée par un homme de main... de François !

On a accusé Marie d'avoir ensorcelé ledit sbire, comme elle l'a fait avec pas mal d'hommes, grâce à un petit talisman qu'elle ne quittait jamais et que lui avait donné un certain moine Nobilibus, brûlé à Grenoble pour avoir dit la messe sans avoir été ordonné prêtre...

Pas touche aux truites

Mais fini, tout ça ! Car voilà Marie duchesse de Vizille ! Voilà le temps des fêtes grandioses, des festins flamboyants, des bals et des feux d’artifices. Marie s’étourdit en compagnie de son duc chéri, profite du grand air, du beau parc et de son grand plan d’eau qu’elle aime tant...

Oh, vous savez ce qu’on raconte ? Que Marie aimait nourrir les truites de ce grand bassin. Elle avait même sa petite préférée ! Alors un jour lorsqu’un homme vient, la pêche et la mange... sacrilège ! Le pauvre homme se fait prendre sur le fait et on le pend illico... Même que Lesdiguières a fait sculpter une tête d'homme et un poisson dans la pierre du réservoir, en souvenir... (vu dans Voyage de Grenoble à la Salette, Ernest de Toytot)

Le crépuscule d’une belle

Crépuscule sur Vizille. Rideau. Oust, fêtes et jeux d’eaux ! François, en patrouille loin de sa mie, attrape une sale maladie. Nous sommes en 1626 : il meurt à l'âge de 84 ans...

Marie n’aura pas d’autre choix que de partir de Vizille, poursuivie par son gendre, le maréchal de Créqui : le rustre en voulait à sa fortune, tiens donc ! Il réussit quand même à envoyer sa belle doche un temps en prison (pour crime de lèse-majesté), heureusement Marie en ressort grâce à l'intervention de Louis XIII... Elle mourra 30 ans plus tard, bien loin de Vizille.


Et encore !