Louise de Clermont la grenouille et son Antoine de Crussol

Vinaigrette 0
Uzès, blason des Crussol - ©Finoskov / CC-BY-SA Uzès, blason des Crussol - ©Finoskov / CC-BY-SA
Palais ducal d'Uzès Château Antoine de Crussol Louise de Clermont-Tallard

Les Crussol : la Renaissance à Uzès


En 1486, le château passe aux Crussol par mariage, avec Jacques, comte de Crussol, grand chambellan de France : il obtient le droit de porter le nom de sa femme, devenant ainsi Crussol d'Uzès !

Jacques, c’est le plus terrible chef protestant de la région, pendant les guerres de Religion : hé, on l’a rencontré dans son château de Crussol...

De cette grande famille de Crussol, on pourra retenir le nom d'Antoine, duc d'Uzès en 1595, pair de France en 1572. Il fait appel en 1570 au célébrissime architecte Philibert de l'Orme pour remanier la façade sur la cour, avec ses colonnes doriques, ioniques et corinthiennes : la Renaissance à Uzès, quoi !

Louise de Clermont


On va faire la rencontre de la femme d’Antoine de Crussol : Louise de Clermont-Tallard. On l'a déjà rencontrée à Maulnes, le château bourguignon des Crussol !

Louise, la grenouille de la cour


Louise a épousé en premier mariage le cousin du poète Joachim du Bellay, François, et a été la gouvernante des enfants de Catherine de Médicis, son amie : vous vous souvenez, celle-ci l'appelle sa « commère » !

Elle est populaire, à la cour, Louise, on aime son caractère franc : le fiston de la Médicis, Charles IX, la surnomme « ma vieille lanterne », Henri IV « ma mère » et François Ier sa « grenouille ».

Le devant et le derrière torché


Pour sa franchise, ça se vérifie, écoutez ça : un jour, elle va à Nice avec la cour voir le pape Paul III. Elle se précipite vers ce dernier pour lui demander pardon car elle a fait un vilain pêché...

Voilà : pendant la visite du pape Clément à Marseille en 1533, elle révèle qu’elle a pris un des oreillers dans le lit du prélat, s’en « torcha le devant et le derrière » avec et l’a remis en place. Après quoi le pape « reposa dessus son digne chef et son visage et bouche qui le baisa »...

Ben mince ! Louise attend la réaction du pape, un peu honteuse... mais le pape rigole bien, et lui pardonne ! Et puis quoi, elle était huguenote ! Les papes, elle s’en fiche...

Louise + Antoine : l’amour fou


Ronsard lui dédie même des vers. Il écrit : « Ainsi de tous vous êtes estimée De cette cour l'ornement le plus beau. » Oui, à l'époque de son mariage avec Antoine, elle a presque 60 ans, mais elle ne les fait pas du tout ! Antoine non plus n'est plus tout jeune, mais ils vont s'aimer tendrement.

Le mariage se passe au château d’Amboise en 1556 en présence de tout le gratin, des cardinaux de Lorraine (les Guise), du connétable de Montmorency, de la reine d’Ecosse Marie Stuart... on les aime vraiment bien, à la cour, les d’Uzès !

Antoine va se convertir au catholicisme pour les beaux yeux de sa Louise, et en 1565, Uzès devient le 1er duché de France. A la mort d'Antoine, elle quitte le palais flambant neuf pour la Bourgogne, pour ne plus jamais revenir...


Et encore !