L'origine de la « garde » de la célèbre basilique de Marseille

Vinaigrette 0
La basilique - ©Christophe.Finot / CC-BY-SA La basilique - ©Christophe.Finot / CC-BY-SA
Basilique Notre-Dame-de-la-Garde de Marseille Basilique

Sur cette haute colline, on trouve une chapelle primitive construite vers 1214 par un moine de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille, Pierre.

Nous nous trouvons à l’endroit le plus haut de Marseille, là où à côté, depuis le Xe s, se dresse une tour affectée à la vigie de la ville... à sa garde.

Hé oui, la « tour de la Garde » qui a donné son nom à la basilique, c’est elle !

Parce qu'elle surveille l’horizon pour prévenir toute attaque ennemie, sur le plus haut point de la ville...

Et dans une ville prospère et commerçante, ouverte sur la mer, comme Marseille, il y a fort à faire, avec des pirates de tous poils.

Sur la tour, on installe donc un système de signaux perfectionnés, pour annoncer à la ville les navires en vue.

On les faisait avec la fumée d’un feu, des perches de bois, des brandons enflammés et des pavillons précise Histoire de la ville de Marseille (Antoine de Ruffi, 1696).

La tour se fait appeler turris de Gardia dans un document de 1383 : elle fait alors partie d’un grand réseaux de tour-vigie établie sur la côte méditerranéenne.

La chapelle, elle, prend le nom de Notre-Dame-de-la-Garde, à cause de sa position à côté de la tour. En tout cas, cette chapelle se fait agrandir en 1478.

Puis, François Ier, de passage à Marseille, trouve que la cité est super mal fortifiée : qu'à cela ne tienne !

Il fait construire le château d'If et le fort de la Garde. La tour de la Garde et la chapelle se retrouvent ainsi enfermées dans la forteresse…

De ce fort subsiste l’éperon visible à l’ouest de la basilique.


Et encore !